Chargement...
Chargement...

Les éditions Métailié fêtent leur 40 ans !

logo 40 ans rouge et noir.jpg
Publié le 10/04/2019
40 ans, 1200 titres, 400 auteurs : notre choix !
"Des livres pour vivre passionnément": telle est la devise de la maison Métailié, qui depuis 1979 publie des titres ardemment défendus par ses éditeurs mais aussi par les libraires de France et de Navarre. D'abord spécialisée en littérature hispanique et lusophone, Métailié s'engage rapidement à la traduction d'auteurs venus d'Allemagne, d'Islande, d’Écosse... ou encore de France. Impossible de passer à côté des grands titres qui ont fait leur renommée : Le vieux qui lisait des romans d'amour de Sepùlveda, conte tendre et écologique ou encore Le dernier lapon d'Oliver Truc qui nous a plongé dans les longues nuits boréales ... Impossible non plus de ne pas mentionner la véritable politique d'auteur qui anime les choix éditoriaux de la maison à la salamandre, qui s’efforce avec amour et brio de défendre la production des écrivain(e)s qui trouvent leur place dans le catalogue.
Camilleri, Indridasson, Padura, Burnside, Agualusa, Osorio, Hein ... Leurs noms sont indissociables aujourd'hui de leur éditeur français, à qui nous souhaitons encore 40 ans (au moins!) de fructueuses découvertes !

A la librairie, nous vous proposons nos propres coups de cœur sur l'ensemble du riche catalogue Métailié : chaque mois, un titre, défendu par l'un de nous !

Mars : le choix de Sylvie

perdre.jpg Premier roman de Santiago Gamboa, Perdre est une question de méthode est un polar décalé et jubilatoire sur les dérives d'une société colombienne vérolée par la corruption . A travers les aventures d'un journaliste apprenti détective  au coeur tendre et de son acolyte petit fonctionnaire au bon sens ravageur, Gamboa nous donne sa vision un brin désenchantée de l'amour et du pouvoir .
   
Avril : le choix d'Helga

illska  Agnes aime Omar, rencontré à une station de taxi alors qu'ils étaient complètement ivres. Agnes aime aussi Arnor, un néonazi rencontré pendant l'écriture de sa thèse sur l'extrême droite contemporaine. Un enfant naît. Seul le feu signe la fin de cette passion.
Est-ce que l'histoire mondiale sera bouleversée par ce triangle amoureux improbable ? Sans doute pas, mais l'Histoire se compose de plusieurs milliers de petits événements, qui, par effet boule de neige, créent les Grands Evénements qu'on connaît aujourd'hui.
Eirikur Örn Norddhal remonte le temps pour comprendre l'obsession d'Agnes pour la Seconde Guerre mondiale, nous montre ses deux grand-pères dans un petit village de Lituanie où l'un va résister et l'autre va persécuter.

Illska fait partie des livres qu'on ne peut pas oublier : peu de romans mêle aussi bien des thématiques complexes telle que l'amour, la crise, la politique, l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et l'Holocauste. Illska est un livre grandiose, surprenant, véritable OVNI littéraire, c'est grandiose !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (131)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (126)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (120)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !