Chargement...
Chargement...

Les éditions Sillage proposent une nouvelle traduction du chef d'oeuvre d'Adalbert Stifter

11333_les-editions-sillage-proposent-une-nouvelle-traduction-du-chef-d-oeuvre-d-adalbert-stifter
Une actualité de Anaïs
Publié le 26/04/2014
adalbert       Les éditions Sillage viennent de sortir une nouvelle traduction par Marion Roman de L'Homme sans postérité d'Adalbert Stifter sous le titre Le vieux garçon. Nous ne pouvions passer à côté d'un si joli événement puisque ce roman publié pour la première fois en 1844 fait partie de ces livres qui ne se démoderont jamais, porteurs d'une intrigue aux échos universels. L'histoire est simple : Victor, un jeune homme, quitte sa mère et sa soeur de lait pour retrouver un vieil oncle. Son périple jusqu'à la demeure du parent est le début d'une aventure qui le conduira jusqu'à devenir un homme. Le vieillard habite sur une île, et Victor a quelque peine à la rejoindre. Une fois parvenu, l'oncle se révèle être un personnage acariâtre et cruel qui par le chantage oblige Victor à rester six semaines sur l'île. Mais le jeune homme gagne dans l'adversité une sagesse certaine : vivant en harmonie avec le paysage, il trouvera dans cette existence la clé de sa quête et finira par se concilier les bonnes grâces de son parent. Dans une langue limpide qui se refuse aux ornements, Stifter nous fait toucher du doigt des paysages à couper le souffle et des émotions d'une délicatesse infinie. Adalbert Stifter est l'auteur d'une quête initiatique inoubliable, à mettre entre toutes les mains.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?