Chargement...
Chargement...

Les immortelles de Makenzy Orcel

5608_les-immortelles-de-makenzy-orcel
Une actualité de Marilyn A.
Publié le 29/05/2013

Tout a un prix - et ce ne sont certainement pas Les Immortelles de Port-au-Prince qui vous diront le contraire - mais tout ne se paye pas uniquement avec de l'argent. Pour enfin parler de toutes celles qui ont été oubliées lors du séisme de janvier 2010, une femme n'hésite pas à vendre son corps - comme elle l'a fait tant de fois - contre la promesse de l'écriture d'un livre.

La narratrice raconte l'histoire d'une femme à qui elle a enseigné l'art de se vendre et dont la vie finira brutalement sous les décombres d'un immeuble, attendant en priant tous les saints qu'une ambulance arrive, en vain. Cette petite, comme l'aime à l'appeler la prostituée, qui revendique sa liberté en lisant des ouvrages de Jacques-Stephen Alexis, semble en total désaccord avec le monde qui l'entoure. Elle est douceur tandis que ses collègues utilisent un vocabulaire ordurier et se comportent comme le métier de donner du plaisir leur a appris.

Chaque page est recouverte de courtes phrases de parfois seulement quelques lignes qui rythment le roman à la manière d'une poésie. Le raconter ne suffit pas car les mots frappent le lecteur et le marquent comme autant de coups que ces femmes, que l'on dit de mauvaise vie, ont reçus lors du tremblement de terre. On ne les entend nullement se plaindre de leur condition et elles ne tentent aucunement de justifier leurs actes. Elles ne font que rappeler leur appartenance à notre monde. Un monde dans lequel leur vie a moins de valeur que celle des autres...

On sent une certaine colère, due à l'injustice, dans l'écriture de Makenzy Orcel qui signe ici son premier roman aux éditions Zulma. Apparu sur la scène littéraire comme poète, il nous livre ici son témoignage de la catastrophe de janvier 2010 en rendant plus particulièrement hommage aux prostituées. Bien que son écriture soit complètement différente, il est impossible de ne pas penser au poème Je suis comme je suis de Jacques Prévert. Nous saluons cet auteur qui, nous l'espérons, fera autant de bruit que la traçage fracassant de sa plume et attendons avec impatience l'arrivée des Immortelles à paraître pour le 23 août 2012.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !