Chargement...
Chargement...

Les plaisirs et les jours

planes macau arléa.jpg
Une actualité de Pierre
Publié le 17/02/2017
Grande figure des lettres et de la vie intellectuelle Bordelaise, Jean-Marie Planes nous livre avec "Le chemin de Macau" un livre superbe où la mémoire fait de la littérature.

Tout commence par un choc et une formule d'une correction incertaine par laquelle un huissier "l'informe qu'il lui signifie" son congé, pour que se déclenche en Jean-Marie Planes une résistance littéraire à l'expulsion. Puisqu'on le sort de chez lui, il entrera dans la mémoire des lieux, de toutes les maisons qu'il a connues, des gens qui les ont habitées et qui l'habite lui aussi.

C'est un livre d'une grande élégance aux sourires malicieux, qui sait ne pas sombrer dans une nostalgie plaintive, puisque l'auteur sait que la littérature a ce pouvoir de donner vie à nos morts, pouvoir d'invocation et d'évocation qui vaut tant pour les lieux que pour les gens.

De Macau au Pays Basque, de Libourne à Bordeaux, Jean-Marie Planes nous mène au gré de ses envies sachant aussi bien peindre la lumière d'une pièce, la mémoire d'un escalier que rappeler la cocasserie de sa juvénile passion pour BB où il entraîna bien malgré elle une grand-mère moins enthousiaste.

Tenant toujours dans une tension fructueuse, le grave souvenir des disparus, des peines et l'allègre mémoire des chansons qui rythme les joies, l'auteur nous livre un texte d'un charme saisissant.

Bibliographie

Pour en savoir plus

Jean Marie Planes - Le chemin de Macau

Jean-Marie Planes vous présente son ouvrage "Le chemin de Macau" aux éditions Arléa.

1

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?