Chargement...
Chargement...

Lire crée une forte dépendance : commencez

14282_lire-cree-une-forte-dependance-commencez
Une actualité de Anaïs
Publié le 29/03/2016
éditions pointsLes éditions Points ont le chic pour sortir de leur chapeau des sentences bien senties : vous verrez en librairie, sur la plage ou au marché des élégant-e-s portant sac en tissu sur l'épaule avec des slogans militants. Sur ces sacs, dans un style graphique percutant, vous décrypterez les phrases suivantes : "Lire crée une forte dépendance : commencez" ou encore "Arrêter de lire augmente les risques d'ennui mortel", et ça pour l’achat de deux livres de la collection. Et l'on m'a demandé : mais pourquoi séduire le lecteur avec un sac ? Le livre ne se suffit-il plus ? En proposant un sac pour l'achat de deux titres, un éditeur espère bien entendu vendre ses livres. Mais ce qui nous semble particulièrement important c'est d'avoir l'occasion de réunir un catalogue, et de rendre visible le puzzle de livres qui le constitue. Comment achetez-vous vos livres ? Sur le nom d'un auteur ? Sur un un quatrième de couverture ? Sur une maquette élégante ? Ou bien, inconsciemment peut-être sur la "marque" d'une maison d'édition ? Une amie m'a demandé un jour quelles étaient mes maisons d'éditions favorites. En lui répondant, je remarquais que certaines maisons recevaient ma confiance absolue, tant leur choix avaient mis entre mes mains des livres exceptionnels, bien que très différents. Construire l'identité d'un catalogue, c'est tout un travail, un éditeur allant jusqu’à refuser un livre qu'il a adoré parce que ce dernier ne rentre pas dans sa ligne éditoriale. Alors oui, un sac, pour le plaisir de prendre le temps de se poser des questions sur un catalogue, découvrir des textes et des auteurs, de retracer un parcours de lecteurs- que sont les éditeurs. Les libraires aiment particulièrement cet exercice, où chacun propose ses lectures, ses trouvailles, où l'on se dit "ah mais ça, ça a l'air bien, je ne l'ai pas lu! allez, on le commande, on verra ce que ça donne!". Et si vous ne savez que choisir parmi tous ces Points, nous vous proposons d'être soufflé par L'abandon de Peter Rock, un roman noir où un père et une fille vivent mystérieusement dans une forêt loin de la civilisation, ou encore Le garçon incassable de Florence Seyvos, un texte court et terriblement délicat signé par la compagne d'Arnaud Deplechin,l'incontournable Karoo et son personnage de looser céleste, mais aussi Le désarrois de l'élève Törless, immense petit roman de Robert Musil sur les affres de l'adolescence, Mudwoman de Joyce Carol Oates, l'iconoclaste et insulaire Sarnia, galerie de portraits dans l'île de Guernesey au début du XXe siècle..... Et vous, quels Points retiendrez-vous ?    

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !