Chargement...
Chargement...

Lovesong d'Alex Miller

5312_lovesong-d-alex-miller
Une actualité de Marilyn A.
Publié le 25/03/2016

L'amour n'est pas une question de choix, mais de hasard. En revanche, il ne peut pas déterminer ce que sera le reste de notre vie. Si on le lui avait demandé, John n'aurait pas imaginé qu'en se trompant de train, il allait rester seize années à travailler Chez Dom, un petit café de la rue des Esclaves, avec Sabiha dont il est tombé fou amoureux dès le premier regard. Le destin, direz-vous, peut-être, mais ce n'est pas le sujet du roman car Alex Miller ne se limite pas à nous raconter un coup de foudre, mas va bien au-delà. Il ne fait pas non plus mention de frontières puisqu'il nous téléporte alternativement à Melbourne, Paris, Venise et El Djem ou encore d'origines puisqu'elles sont toutes mélangées comme autant d'épices dont Houria a appris à maîtriser l'art pour sa cuisine. Ici, nous parlons d'humains et des concessions que l'on est capable de faire pour l'être aimé, pour le meilleur et pour le pire.

Depuis toute petite, Sabiha sait qu'elle sera mère d'une petite fille. Elle est convaincue que l'enfant attend impatiemment quelque part dans son corps qu'une petite graine vienne lui donner vie. Aussi quelle déception est-ce de ne pas tomber enceinte après une première nuit d'amour passée avec l'homme qu'elle aime. En revanche, elle ne baisse pas les bras et ne renoncera jamais à l'idée de retourner un jour en Tunisie pour mettre dans les bras de son père un bébé tout potelé vêtu de rose. Plus qu'un désir, c'est une condition qu'elle impose à John si celui-ci veut qu'ils s'établissent un jour dans son pays de naissance, l'Australie, car elle sait que s'ils déménagent maintenant, elle ne reverra plus jamais les siens. D'années en années, avec tous les tests sur la stérilité pratiqués, son ventre ne s'arrondit toujours pas, ce qui vient entacher sa relation avec son mari qui, de son côté, continu de vivre dans cette capitale française comme un étranger. A situation désespérée, mesure désespérée. Sabiha, en son âme et conscience, prendra la plus difficile des décisions pour réaliser son rêve, sans penser aux conséquences.

Lovesong n'est pas qu'une belle histoire d'amour, c'est aussi le portrait d'une femme prête à tout et d'un homme capable de tout endurer pour la rendre heureuse. Ouvrir ce livre, publié aux éditions Phébus, c'est se laisser charmer par des douceurs orientales et des chants qui raviront les cœurs.
C'est aussi la première publication française d'Alex Miller, une chance car son écriture nous a tellement convaincu que nous guettons déjà les prochaines.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !