Chargement...
Chargement...

"Madame rêve"

1528_madame-reve
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 16/03/2016

ailleurs couvertureAttention chef-d'œuvre. Mais attention aussi, Ailleurs de Julia Leigh, n'est pas à la porté de tous. Le lecteur doit être prêt à embarquer dans un univers onirique, angoissant, morbide parfois, et bien opaque.

Olivia et ses deux enfants quittent l'Australie pour la France. Elle vient trouver refuge auprès d'une mère qu'elle n'a pas revue depuis plusieurs années. Elle y retrouve son frère, accompagné de sa femme, que la mort de leur nourrisson survenue tout récemment a fortement traumatisé. L'auteur va nous conter ainsi le récit de ce deuil impossible et évoque aussi longuement le quotidien des deux enfants entre jeux et malaise,  sous les regards d'une mère perdue et de domestiques aux allures d'automates. Dans la grande demeure familiale se joue un drame où adultes et enfants ne sont pas toujours à leur place.

Un tel synopsis révèle bien l'aspect morbide du texte, mais c'est sans compter sur l'écriture magique de Julia Leigh qui nous entraîne à vivre une expérience littéraire unique, et ce dès le début du texte.

Le récit s'ouvre comme un conte: par une petite porte dérobée, le fils d'Olivia fait couler de son sang pour pouvoir faire entrer sa mère et sa soœur dans la propriété familiale. Les voici dans l'Autre-Monde, à l'image d'un chevalier de la Table Ronde mis à l'épreuve, à l'image aussi d'Alice aux pays des merveilles franchissant le terrier du lapin.

Par la suite, une grande partie du récit est vue à travers le regard des enfants, un regard double, qui nous rapproche du monde de l'imaginaire, du rêve, un regard cru et franc aussi qui vient bien souvent mettre le doigt sur les douleurs et les manques des adultes.

Le lecteur ainsi porté suit la lente évolution des personnages et assiste petit à petit à leur prise de conscience, car des ténèbres le récit glisse et la noirceur se dissipe.

Voici donc un texte fort qui ne laisse pas indifférent.

Bibliographie