Chargement...
Chargement...

Manuscrit trouvé dans une poche

2025_manuscrit-trouve-dans-une-poche
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 21/09/2013

manuscrit.gif"J'ai écrit un bouquin qui n'est à louer, ni à blâmer. Qu'on n'ait pas la sottise de vouloir prouver que c'est un pot de merde, car je l'offre comme tel à tous les merdeux qui m'ont emmerdé. Et qu'on n'ait pas non plus l'intelligence de vouloir prouver que ma merde sent les roses." Telles sont les dernières lignes du Manuscrit trouvé dans une poche de Charles-Edouard - Eddy pour les intimes - du Perron (1), à ceci près que les lettres de chaque mot ont été remises dans l'ordre - on s'est dit que ça serait plus simple à comprendre... Qu'est-ce donc que cet ouvrage ultra fin (à peine une soixantaine de pages) paru aux éditions Cambourakis, sinon la réédition d'un livre pour le moins original publié de façon confidentielle en 1924 ? Intrigués par ce titre très potockien, nous avons jeté un coup d'oeil à l'ouvrage, qui se présente comme un manuscrit écrit par un certain Bodor Guila, aspirant poète ayant fréquenté la Bohême parisienne des années 1920 avant de sombrer dans la folie (cf. le certificat médical qui précède le texte). Faut-il voir un lien de cause à effet entre les fréquentations de cet être imaginaire et la détérioration de son état psychologique ? Cela va sans dire... C'est ainsi que le lecteur pénètre dans l'esprit dérangé de cet homme par le truchement des notes qu'il laisse derrière lui, un peu à la manière de Cadence de Stéphane Velut, et découvre sa production poétique telle qu'elle évolue au fil de ses rencontres avec notamment Blaise Cendrars et Guillaume Apollinaire. Ce Manuscrit trouvé dans une poche se présente alors comme un exercice stylistique bien connu - j'ai nommé le pastiche - tout juste quatre ans après la parution du Pastiches et mélanges de Proust.

C'est pour nous l'occasion de signaler quelques livres de pastiches contemporains, comme les excellents exercices que l'on doit à Pascal Fioretto (Et si c'était niais, et plus récemment, L'élégance du maigrichon), ou encore Les dessous de la littérature, de Christine Brusson, qui réunit une trentaine de pastiches un peu coquins.


(1) Inconnu au bataillon, il ne l'est pas tant que ça : d'une part, c'est à lui que Malraux a dédicacé La condition humaine, et de l'autre, il est l'auteur du Pays d'origine et de deux livres écrit en néerlandais et non encore traduits.

F.A.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !