Chargement...
Chargement...

Michel & Jean-Pierre

1862_michel-etamp-jean-pierre
Une actualité de David V.
Publié le 21/09/2013

Ainsi un jour, il y a longtemps de cela, Michel Ohl rencontra Jean-Pierre Martinet. Les témoins de cet événement peu commenté par les exégètes de ces deux auteurs difficiles auxquels un jour l'Aquitaine rendra l'hommage qui leur revient ne sont pas tous morts. L'un même des acteurs de cette scène de légende peut encore témoigner et nous dire que Jean-Pierre Martinet n'est pas une invention des éditions Finitude, un tour de passe-passe du Dilettante ou le vieux reste d'un rêve de Raphaël Sorin. Mais quel besoin de gloser quand la prose du barde d'Onesse est limpide et sa mémoire précise. Voici donc pour vous, fidèles lecteurs de ce blog, la carte inédite de celui qui à lui seul a fait la fortune de son bureau de Poste, le prince de la calligraphie timbrée, l'aède des bords de l'Adour, le plus russe des écrivains français, le petit neveu de Thrasybule, l'aîné de Jean-Pierre dit le jeune, un auteur généreux qui sait ne pas oublier ceux qui n'ont pas tenu le(s) coup(s) comme Martinet le Libournais, un éveillé de première qui réagit de haute façon et belle manière à la réédition de La somnolence (voir notre blog). Laissons la place à ce recto/verso et désolé pour le torticolis qu'il provoquera peut-être...

Michel Ohl nous écrit Michel Ohl au verso

Bibliographie