Chargement...
Chargement...

Michel Lafon, auteur de Pierre Ménard

666_michel-lafon-auteur-de-pierre-menard
Une actualité de David V.
Publié le 09/05/2013

Borges jeune hommeBien sûr on pourra nous accuser de nous adresser ici aux seuls "happy few" chers à Stendhal. Prononcez le nom de Borges et se dresse devant vous une cohorte serrée de fanatiques, d'exégètes, de spécialistes qui empêchent d'apercevoir, derrière, la masse nombreuse de ceux qui l'ont lu, parfois pour un seul recueil, et qui en ont gardé un souvenir précis, étonnés par son art et son refus manifeste de "faire" de la fiction tout en creusant comme personne de ses interrogations ce genre littéraire. Prononcez donc son nom en précisant que le livre que vous venez de lire et apprécier est un écho intelligent de son oeuvre et vous risquez voir poindre ce regard inquiet qui annonce que la tâche va être rude pour convaincre. Pourtant on voudrait tenter de persuader que le premier roman de Michel Lafon qui vient de paraître dans la Blanche de Gallimard, s'il n'est pas d'un abord facile, s'il se classe dans cette catégorie de livres décidés à réfléchir sur la littérature sans renoncer aux ressources du romanesque, est une véritable réussite, parce que son auteur, qui y développe une idée intellectuellement excitante, se propose de le faire dans une langue belle et rigoureuse.

Le propos d'Une vie de Pierre Ménard est rien moins que de reconstituer la biographie de ce "personnage" de Borges, héros de la nouvelle éponyme auquel le grand Argentin rend hommage en une nécrologie fictive ("Pierre Ménard, auteur du Quichotte" in Fictions). Mais ce serait trop simple de parodier le genre biographique, de donner chair à un être dont déjà Borges voulait nous laisser entrevoir la possible existence : Michel Lafon, joueur émérite, prend le parti à son tour, en miroir de la pièce de fiction, d'établir un dossier minutieux constitué en grande partie par les souvenirs d'un ami et disciple de Pierre Ménard qui eux-mêmes contiennent des citations de cet auteur imaginaire, provoquant une mise en abyme surprenante. Ménard, création de Borges, devient la créature de Lafon, lui-même créateur de Legrand, le disciple, et ce dernier, qui commente la vie et l'oeuvre de ce Nîmois passé à la postérité pour avoir réécrit ligne à ligne et de mémoire des chapitres entiers du Quichotte, est à son tour commenté par l'éditeur du livre que nous découvrons. Ajoutez à cela qu'un roman inscrit dans les lignes de cette Vie de Pierre Ménard apparaît, image dans le tapis qui vient révéler sous le travail de réflexion de Lafon un véritable romancier : les fragments du Jardin des Plantes de Montpellier supposés exhumés constituent le coeur du livre. Il y palpite une âme inquiète et contemplative, une vision de la beauté et de ses ruines successives. Et le jeu littéraire mettant en scène un érudit mystérieux, ami de Gide, Valéry et Louÿs, influent et secret, constamment imité sans avoir quasiment écrit, se double dès lors d'une profondeur qu'on n'allait pas soupçonner. On se surprend tout au long de la lecture de ce merveilleux roman hors du temps à souligner des passages entiers, ceux où il est question de littérature bien sûr (les paradoxes du plagiat, l'amertume de ceux qui consacrent leur vie aux livres sans rien produire, les promesses de bonheur à l'idée de pouvoir un jour relire les oeuvres aimées, etc...), ceux qui nous renvoient à Borges et à son goût pour l'illusion, mais ceux aussi où, en toute clarté, se manifeste le talent d'écriture d'un "jeune" auteur sans innocence mais pas sans ferveur. On connaissait et appréciait jusqu'alors le superbe travail de traducteur de Michel Lafon au service de l'oeuvre du génial César Aira, on avait en mémoire cette référence peu égalée, Borges ou la réécriture, qui découlait tout droit de sa thèse d'Etat (parue au Seuil et épuisée...) et où déjà l'analyse de la citation et de l'autocitation était impressionnante, il va falloir désormais compter sur ce Michel Lafon romancier, avec l'espoir que, comme son personnage Pierre Ménard qu'il partage désormais avec Borges, cela ne constitue pas une exception...

Le Jardin des Plantes de Montpellier Le Jardin des Plantes de Montpellier

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?