Chargement...
Chargement...

Michel Serres analyse la crise

no_media
Une actualité de Mylène
Publié le 21/09/2013

Le philosophe Michel Serres, auteur de nombreux ouvrages dont Le Mal propre, La Guerre mondiale ou des Petites chroniques du dimanche soir, se penche aujourd'hui sur cette crise sans précédent que nous traversons. Il constate que depuis ces vingt dernières années de nombreux changements sont intervenus dans notre société et ce sur tous les plans (social, économique, politique, environnemental...) mais par ailleurs il souligne que "malgré ces transformations majeures, nos institutions :  politiques, religieuses, militaires, universitaires, hospitalière, financière, entrepreneuriale... continuent à peu près comme si rien ne se passait".

Michel Serres tente de nous démontrer que nous sommes acteurs et maîtres de notre avenir, et qu'à défaut de pouvoir revenir en arrière il faut prendre le train en marche et s'en accommoder afin d'avoir encore quelques influences sur notre monde. Venant à la rencontre de ses nombreux lecteurs, il a bien voulu se prêter au jeu de la caméra pour nous parler librement, en quelques minutes, de son projet pour Le temps des crises. Voici donc, sur fond noir, un philosophe face aux crises.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !