Chargement...
Chargement...

Mon père, ce bourreau

La veille de presque tout - Victor del Arbol - éditions Actes Sud
La veille de presque tout - Victor del Arbol - éditions Actes Sud
Une actualité de Véronique M.
Publié le 03/02/2017
Après le magistral La tristesse du samouraï qui lui valut une reconnaissance internationale et le prix Le Point du polar européen en 2012, Victor del Arbol nous offre dans La veille de presque tout un nouveau récit choral palpitant où les tragédies de l’Histoire affrontent les non-dits la violence de leurs survivants.
Chacun de ses quatre romans parus dans la collection Actes Noirs (le précédent, Toutes les vagues de l’océan qui vient d’être publié chez Babel, nous avait bouleversé et a été couronné du Grand Prix de littérature policière en 2015) débute par un meurtre : dans le prologue de La veille de presque tout, c’est l’inspecteur de police Germinal Ibarra qui abat froidement « l’homoncule » à Málaga. On pressent derrière cet acte solitaire la vengeance qui anime quasiment tous les personnages de Victor del Arbol, mais il faudra attendre la fin du roman pour que toute la lumière soit faite sur le mal profond qui ronge Ibarra depuis de longues années. Trois ans plus tard, ce flic est appelé à l’hôpital de Barcelone au chevet d’une inconnue retrouvée dans un état grave. Au gré des souvenirs que celle-ci va réveiller, Germinal devra lui-même devoir affronter ses propres démons liés à son enfance, et à la folie des hommes car « les vivants ont toujours un rapport avec les morts ».

D’autres personnages sur cette côte galicienne vont entrer dans ce théâtre d’ombres, tous hantés par un indépassable secret et tentés par le meurtre de leurs bourreaux tels Mauricio Luján, vieux chapelier argentin qui cache ses cicatrices sous son élégant borsalino : « indécrottable romantique » nostalgique du Buenos Aires de sa jeunesse, il écoute les vieux disques de Carlos Gardel tout en attendant l’heure de retrouver un vétéran de la guerre des Malouines, en réalité le tortionnaire du « Grupo de tareas 3 » ayant sévi pendant la dictature militaire en Argentine trente-trois ans plus tôt.

Son silence pèse également sur son petit-fils Daniel, fragile orphelin depuis l’incendie qui a ravagé sa famille et qui ne trouve à se confier qu’à Martina, une sculptrice qui modèle dans l’argile des visages sans yeux, ou à l’énigmatique Paola qui a tout perdu depuis qu’un fou lui a arraché sa fille. Ces existences maudites ont toutes comme point commun d’être habitées par l’indicible et la faute de leurs pères. Le poète argentin Juan Gelman, lui-même persécuté par le pouvoir en place et « chantant la perte de sa famille aux côtés de trente mille autres disparus », est l’un des leitmotivs qui unit ces destins : victimes comme bourreaux lisent ses vers, s’identifiant à « cet être désespéré qui s’obstinait à donner un sens au chaos »… tel l’artiste ou l’écrivain.

Au travers de ce puzzle mémoriel auquel se vouent chacun des acteurs de ce drame intime et collectif (du franquisme en Espagne à la dictature en Argentine dans les années 1970-80), Victor del Arbol qui a reçu récemment pour ce roman le prestigieux prix Nadal (équivalent en Espagne de notre Goncourt) dresse un constat amer et lucide qui interroge plus que jamais sur la possibilité du pardon, à soi-même comme à l’autre :

« Ce qui n’a pas d’issue, c’est le passé. Mais la mémoire est une façon d’inventer le présent. »

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !