Chargement...
Chargement...

Mon village à l'heure allemande

1966_mon-village-a-l-heure-allemande
Une actualité de Emilie
Publié le 16/03/2016

village heure allemandeMon village à l'heure allemande...

Le titre, me direz-vous, n'est pas franchement séduisant... Quant à la couverture...

Et pourtant, il ne s'agit pas d'un énième roman du terroir mais bel et bien d'un vrai chef-d'oeuvre, une histoire tout en subtilité portée par un style hors du commun. Goncourt 1945, tout de même!

On est en 1944, le débarquement est tout proche, on le sait, mais pour les habitants du petit village de Jumainville, l'issue du  conflit est loin d'être envisagée. Chacun vit au jour le jour, englué dans un quotidien plutôt étouffant : le couvre-feu, les tickets de rationnement, Radio Londres écoutée en douce, mais aussi les querelles de clochers entre résistants et collabos.

Le roman se lit ainsi comme une véritable chronique des ces jours de guerre côté civil. Et on y croise toute une kyrielle de personnages hauts en couleurs : il y a Melle Vrin, vieille bigote et commère hors pair, il y a "la Germaine", tenancière du café du village au franc-parler légendaire bien décidée à ne pas se laisser impressionner par les occupants et par la gent masculine, et il y a une poignée d'hommes, qui évoluent cahin-caha dans ce marasme.

Tous vont parler chacun à leur tour, et c'est bien là le tour de force de Jean-Louis Bory : parvenir à se fondre dans la peau de tous ces personnages, sonder l'intimité de chacun et leur donner véritablement corps devant nous.

Nous voilà donc immergés dans cette époque si particulière et littéralement transportés par ce jeux de polyphonie qui mêle gouaille, humour et poésie. Un roman digne d'un film de Mankiewicz !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !