Chargement...
Chargement...

Natsukashii

8771_natsukashii
Une actualité de Marie
Publié le 29/06/2013
http://www.babelio.com/couv/cvt_La-nostalgie-heureuse_6563.jpegIl y a la nostalgie, occidentale, triste et morne qui fait ressasser les regrets, et il y a la nostalgie heureuse, japonaise, qui rappelle avec délicatesse les moments passés de plaisir. C'est à ce sentiment particulier, le natsukashii, qu'est dédié le nouveau roman d'Amélie Nothomb, La nostalgie heureuse, prévu pour la rentrée 2013 chez Albin Michel. "Tout ce que l'on aime devient une fiction. La première des miennes fut le Japon." Amélie Nothomb retourne au Japon pour la première fois depuis 16 ans, sur les traces de son enfance pour une émission de télévision. S'il y a bien une chose que l'on sait depuis Métaphysique des tubes, c'est l'attachement de l'auteur à ce pays. Elle refait les pas qu'elle faisait enfant, jusqu'à l'emplacement de sa maison, ravagée par la séisme de Kôbé en 1995, ou son école. Elle se blesse avec ce qui a changé, se rassure avec ce qui est resté. Une simple photo de classe peut mettre fin à un sentiment d'irréalité totale, et si, et si, cela ne m'était pas arrivé à moi? On retrouve avec une tendresse folle Nishio-san, sa nounou, sa mère adoptive qui lui avait tant appris dans Métaphysique des tubes, ainsi que Rinri, l'amour de Ni d'Eve ni d'Adam, devenu un remarquable bijoutier. Mais bien au-delà des rencontres, des mots sont mis sur le sentiment de manque. La douleur des séparations dont on ne parvient jamais à s'habituer, le besoin quasi-vital de rester au milieu d'une foule, intimement persuadés que c'est à cette place que nous devons être. Car après tout, ce ne sont pas des personnes, ni des villes, mais un pays tout entier qui manque. Une brise qui caresse les joues, ou même un caniveau auprès duquel on se revoit jouer, sont pleins de sens pour ceux qui, une fois dans leur vie, ont expérimenté le natsukashii. Un sentiment diffus, indicible, que l'auteur apprivoise doucement au fil des pages. Il n'y pas de rentrée littéraire sans Amélie Nothomb, c'est un fait. Cette année, elle aura un goût tout particulier: une saveur de retour aux sources, et un parfum de nostalgie heureuse.

Bibliographie