Chargement...
Chargement...

New York, esquisses nocturnes

New York, esquisses nocturnes de Molly Prentiss
New York, esquisses nocturnes de Molly Prentiss
Une actualité de Marie-Aurélie
Publié le 03/08/2016
Les destins croisés de trois new yorkais d’adoption au tout début des années 80. Entre foisonnement artistique, besoin de reconnaissance et sentiments exaltés, Raul, James et Lucy créent, s’aiment et se déchirent.
Le génie créatif

Raul Engales est un jeune peintre argentin récemment arrivé récemment aux USA. Le jeune homme flirte avec la nouvelle garde artistique de la ville qui constitue tout le sel new-yorkais des eigthees. Il peint comme il vit, avec ardeur et sans attachement, côtoyant squat où s’expriment toute la créativité underground et vernissages à la mode qui suscitent en lui autant envie que mépris à l’égard d’une classe de nantis prêts à s’accaparer le génie créatif d’artistes émergeants tels que Basquiat, Hockney et les autres… Ayant fui un régime de terreur en Argentine, Raul a laissé derrière lui une sœur désespérée et un pays en ruine et si la culpabilité du survivant le taraude quelque fois, il ne s’attache à rien d’autre qu’à son succès naissant. Jusqu’ à Lucy.

La muse amoureuse

La grosse pomme, un joli rêve de petite fille provinciale espérant débarquer à New York et commencer une nouvelle vie ponctuée de rencontres fabuleuses et de fêtes flamboyantes. Lucy quitte sa bourgade natale pour se frotter à son rêve. Perdue dès son arrivée puis transformée par une colocataire déjantée en groupie punkette d’artistes en devenir, Lucy croise le regard de Raul et est immédiatement transportée par ce fantasme qu’elle est venue assouvir : tomber amoureuse au premier regard d’un artiste new-yorkais. A partir du jour de leur rencontre, la ville n’appartient qu’à eux…

Le critique visionnaire

James Bennett est un homme étrange, il fut un enfant et un adolescent étrange au grand dam de ses parents. Ce n’est que lors de ses études à l’université que sa bizarrerie ne fut plus un fardeau mais qu’elle devient sa marque de fabrique. Atteint de synesthésie, ce phénomène neurologique par lequel deux ou plusieurs sens sont associés, James mêle les mots, les gens et les émotions avec des couleurs, des formes, des goûts ou des odeurs. Ainsi en rencontrant celle qui sera sa future femme il est subjugué par le rouge vif qu’elle dégage et son odeur de fraise sauvage.

Lors d’une soirée du nouvel an, James croise très brièvement Raul et est submergé par un sentiment nouveau. Quelques heures plus tard ce même soir, Lucy rencontre Raul dans un bar. Cette nuit, deux rencontres décisives, puis deux amorces de tragédies…

Le premier roman de Molly Prentiss rend un bel hommage au New York des années 80 et à l’idéal de l’artiste total, celui dont la vie et l’art ne font qu’un. Une mention toute particulière au personnage de James Bennett dont la synesthésie donne à Molly Prentiss un beau prétexte à la virtuosité des sens et des affects.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !