Chargement...
Chargement...

New York, New York...

6337_new-york-new-york
Une actualité de Marie-Aurélie
Publié le 29/05/2013

New York, 1966. Museum of Modern Art. Katey, la cinquantaine passée, assiste avec son mari au vernissage d’une exposition de Walker Evans regroupant des photographies d'anonymes dans le métro pendant les années 30. Flânant de portraits en portraits, Katey tombe avec stupeur sur deux portraits d'un ancien amant à elle. Ces photographies font ressurgir en elle les souvenirs de l'année 1938.

New York, 31 janvier 1937. Greenwich Village. La jeune Katey Kontent tente péniblement de se divertir pour fêter la nouvelle année avec sa compagne de chambre, Eve. Les deux jeunes femmes ont échoué dans un club de jazz confidentiel un peu lugubre. Leur soirée semble définitivement sans intérêt jusqu'au moment où un homme à l'allure soignée s'assoit à la table voisine de la leur. L'homme en question est Tinker Grey et exerce la profession de banquier à Wall Street. Très vite, Katey et Eve sont conquises par Tinker, son charme, son esprit et ses excellentes manières révélant la qualité de sa position sociale. Suite à cette soirée de la Saint Sylvestre, les deux jeunes femmes vont fréquenter le banquier, passer de nombreuses soirées avec lui, parfois flirtant à tour de rôles, parfois dans un véritable esprit de franche camaraderie. Les premiers mois de 1938 se passent dans un tourbillon de fêtes, d'excès certains et d'incertitudes délicieuses pour Katey à qui tout semble possible.

Cette lancée insouciante et prometteuse va soudainement être brisée le jour où Katey, Eve et Tinker, ivres et conduisant la voiture de ce dernier, vont subir un terrible accident qui modifiera profondément les trajectoires des uns et des autres, laissant à jamais derrière eux ces premiers mois de bonheur.

Pour son premier roman, Amor Towles nous enivre à merveille. Maniant parfaitement l'art du rebondissement sans tomber dans l'outrance, il dresse le parcours de son héroïne brillante et mordante avec subtilité et invite très agréablement son lecteur à la suivre. Le livre est un hommage multiple : aux grands romanciers américains d'abord, au cinéma classique ensuite mais également à New York, théâtre immortel des plus belles histoires et bien évidemment des plus beaux romans.

Les Règles du jeu a reçu le prix Scott Fitzgerald, succédant ainsi au très beau roman de Jonhatan Dee, Les privilèges, paru en poche aux éditions 10/18 en août.

   

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !