Chargement...
Chargement...

Nos lectures du week-end - Semaine 32

Nos lectures du week-end - semaine 32
Une actualité de Libraires
Publié le 08/08/2016
C’est lundi ! Et comme chaque lundi retrouvez nos lectures du week-end.
9782070388981.jpg
Songe à la douleur Clémentine Beauvais
A l'occasion de la parution prochaine (le 24 août) du nouveau livre de Clémentine Beauvais Songe à la douceur, qui est une réécriture (en vers s'il vous plaît !) de ce magnifique chef d'oeuvre, j'ai relu Eugène Onéguine d'Aleksandr Pouchkine.

Dans ce roman intégralement écrit en vers, Pouchkine raconte l'amour déçu entre Tatiana, si naïve et si douce et Eugène, aristocrate désabusé. Dans leur jeunesse Tatiana a confessé son amour à Eugène qui l'a éconduit pour s'en repentir des années plus tard.

Un livre somptueux et tragique auquel Clémentine Beauvais rend le plus beau des hommages. Un classique à lire et relire, un nouveau roman à découvrir absolument.

Marie
   
Fausse Piste James Crumley Ah, le grand, le terrible, le redoutable plaisir que nous offre les éditions Gallmeister en se lançant dans la retraduction des œuvres complètes de l'un des plus grands auteurs de roman noir américain : James Crumley. Pour commencer, c'est Fausse Piste qui nous est donné. Fausse piste est un titre qui dit bien à la fois l'intrigue du livre mais aussi sa place dans l'histoire du roman noir. Car en première approche on pourrait croire lire un Chandler seventies, pourtant ici aucun effet pastiche, aucune ironie à la Altman dans "le Privé", mais au contraire une profonde sincérité dans la noirceur. Lire Crumley c'est faire l'expérience d'une lecture où l'intrigue, pourtant puissante, est constamment rongée par la mélancolie éthylique de Milo Milodragovitch, privé sans conviction, moraliste sans cause. Une perle noire.

Pierre
   
Jazz Palace Mary Morris A travers l'histoire de deux familles d'immigrants à Chicago dans les années 1920, nous découvrons la montée en puissance de la mafia et du jazz dans ce roman excellent au rythme endiablé.

Martine
   
Les chaussures italiennes Henning Mankell Le héros 65 ans passé est "réfugié" depuis dix ans dans une petite île isolée d'un archipel suédois. Pas de voisins, plus de parents, pas de femme ou d'enfant.
Son expiation quotidienne : un trou percé dans la glace et le bain qui l'accompagne.
Il contemple le paysage de saison en saison, hivers rudes et étés étouffants.
Un jour tout cet "équilibre" va être bouleversé. Rattrapé par son passé, il va se découvrir plusieurs familles.
Henning Mankell est plus connu pour ses romans policiers et son personnage récurrent , le flic Wallander. Il délaisse un temps les enquêtes criminelles et nous livre un ouvrage fort et humain.

Sophie

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?