Chargement...
Chargement...

Nos lectures du week-end - Semaine #34 - La rentrée littéraire

fives
Une actualité de Administrateur
Publié le 20/08/2018
Alors que les premières nouveautés arrivent et que les médias s'emparent déjà de certains titres, découvrez les livres qui ont attiré l'attention de vos libraires. Coups de cœur, révélations, émotions de lecture, vous saurez tout !
tenir aube.jpg   Avec humour et impertinence, Carole Fives nous raconte le quotidien d'une mère célibataire : des promenades au parc, des repas donnés à la petite cuillère, des avis pris sur internet auprès de blogueuses pas toujours de bon conseil, moultes lessives, une série de discussions tendues avec le banquier, 365 nuits d'insomnies, mais aussi quelques escapades nocturnes alors que le bébé dort à poings fermés dans sa chambre... Carole Fives teste nos limites, et nous en demandons encore ! 
krauss.jpg   L'auteur entremêle ici deux intrigues : la disparition de Epstein, un millionnaire New-Yorkais qui retourne à Tel-Aviv après avoir liquidé tous ses biens, et l'histoire de Nicole, écrivaine américaine qui, pour surmonter le naufrage de son mariage, retourne également à Tel Aviv - là où elle a passé ses vacances étant enfant. Au même moment, des manuscrits inédits de Kafka sont retrouvés dans le désert israëlien. Un livre de toute beauté !
 coetzee.jpg   En neuf instantanés, neuf tableaux probants, le prix Nobel de Littérature évoque neuf moments particuliers, étranglements particulier, de la vie d'une femme, jamais nommée, mais dont on reconnaît les traits de son Elizabeth Costello. Chaque chapitre vous laissera songeur, comme après la lecture d'une nouvelle de Carver. Tout n'est pas dit, l'auteur ne cherche pas à expliquer son personnage, il la laisse vivre... Un texte bref et puissant.
dix sept ans.jpg   Après avoir écrit sur la figure du père - père biologique, père d'adoption- Eric Fottorino a décidé de se pencher sur le personnage de sa mère.  Nous remontons ainsi le temps avec lui, de Nice à Bordeaux, alors qu'un voile est levé sur un secret de famille enfoui...
Eric Fottorino viendra en conférence à la librairie le 26 octobre
  kerangal   Paula est copiste. Après des études à Paris en dilettante et des projets artistiques avortés, elle a choisi d'intégrer une école en Belgique pour, en quelques mois, apprendre à reproduire le monde sur une simple toile de papier : marbres, écorces, écaille... Peindre plutôt que faire de la peinture, recréer plus que créer. Maylis de Kerangal nous raconte son parcours de l'école rue du Métal aux différents chantiers dans lesquels elle intervient : décoration d'une chambre d'enfant, réalisation de décors de cinéma, jusqu'au projet ultime, celui de Lascaux. L'auteur décrit ses doutes, ses joies, ses tâtonnements comme ses révélations avec un pouvoir d'évocation rare, une langue riche et vibrante. Et avec Paula, nous comprenons combien il est important de se frotter au réel pour pouvoir l'appréhender, combien les rencontres peuvent être déterminantes, et combien la vie peut être si belle finalement.
fou hind   Le titre résonne peut-être en vous comme un écho : celui d'un texte familier, Le Fou de Laylâ, histoire populaire d'origine arabe dans laquelle un jeune poète tombe fou amoureux d'une femme et chante tout haut son amour, enfreignant ainsi le code bédouin et condamnant son rêve à ne jamais voir le jour.
D'amour et de secrets, il en sera question dans le premier roman de Bertille Dutheil, qui ne nous emmène non pas dans des déserts pleins de légendes mais en pleine banlieue parisienne. Lydia vient de perdre son père, Mohsin, qui quitta l'Algérie pour la France au début des années 70. Elle ne peut dire qu'elle connaît bien cet homme qui devint père tardivement, et c'est avec beaucoup de surprise qu'elle découvre une lettre lui étant adressée, où Mohsin s'accuse de la mort de quelqu'un. Accompagnant ce courrier, une série de clichés argentiques d'une enfant aux cheveux noirs : Hind.
Pour en savoir plus, lisez notre billet du 18/08
cossé.jpg   Le récit d'une amitié entre deux étudiants en classe préparatoire à la fin des années 30. Entre Paris et Val d'Isère, alors que nous parviennent les premières rumeurs de la guerre, Laurence Cossé nous livre un conte cruel et poignant.
L'auteur sera parmi nous le 25 septembre.
Pour en savoir plus, lisez notre billet du 16/08
     
  









 




 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (131)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (126)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !