Chargement...
Chargement...

Nos lectures du week-end - semaine #8

lecture du week end 8.jpg
Une actualité de Rayon Littérature
Publié le 17/02/2018
C'est lundi ! Et comme chaque lundi retrouvez nos lectures du week-end
9782369144342,0-4691700.jpg   Prix Renaudot en 1951 et récemment réédité par Libretto, Le Dieu nu vous plonge dans les pensées de Bruno, un jeune homme romantique et tourmenté. Il nous conte ses relations ambiguës avec sa soeur, Marie-Thérèse, et une de ses amies proches, Jacqueline. A la fois aimées et parfois détestées, ces deux femmes si différentes troublent Bruno : l'une par l'emprise qu'elle a sur lui depuis l'enfance mais qu'il n'avait jamais mesuré, l'autre parce que sa vertu est la source mais aussi le malheur de leur amour. Un roman profond, un style à couper le souffle, entre détails et analyse des sentiments, un auteur classique qu'on ne connaît pas assez !

Helga
9782203095373,0-4031937.jpg   Je vous en avais parlé lors du précédent blog week end. Momo est mon autre coup de coeur de ce début d'année.
Momo, 5 ans, est éduquée par sa grand mère dans un village portuaire. Point de Maman et un papa sur un navire de pêche.
Elle est attachante, un brin rustre (j'adore!), un peu livrée à elle même, un peu gauche aussi dans sa façon de se comporter avec les adultes.
Un panel de personnages variés l'entoure: le poissonnier et son air bourru, la jeune Françoise, une ado qu'elle admire et considère comme un modèle, le groupe de gamins qui ne l'intègrent pas parce qu'elle ne connaît pas les pokemon, Tristan et sa bande de petite frappe que Momo prend un malin plaisir à tourner en bourrique.
Un vrai petit bonheur.

Sophie
9782364682412,0-4751323.jpg   A la fin des années 50, Janet Groth arrive à New York des rêves de grandeur et de littérature plein la tête. Mais comme souvent la réalité est plus compliquée... Janet trouve un poste de réceptionniste au dix-septième étage de la rédaction du New Yorker et va passer vingt et un an à ce poste, fréquentant tous les auteurs et illustrateurs mythiques de la revue. Elle ne deviendra jamais l'auteur reconnue qu'elle rêvait d'être mais elle livre dans ce récit autobiographique un passionnant portrait de la faune littéraire et artistique du New York de la moitié du 20ème siècle ainsi qu'un beau témoignage de la place des femmes dans le milieu intellectuel. Les cours chapitres traversant les époques, Groth signe une belle et nostalgique chronique d'une époque à jamais révolue.

Marie-Aurélie

Bibliographie