Chargement...
Chargement...

Parfois on s'interroge sur la façon dont des événements tragiques ont pu être possible...

15818_parfois-on-s-interroge-sur-la-facon-dont-des-evenements-tragiques-ont-pu-etre-possible
Une actualité de Mylène
Publié le 31/03/2016
gitta serenyDans ces moments-là, il est toujours intéressant de regarder ce que l'Histoire nous lègue comme matière à penser. Il faut parfois en passer par des lectures marquantes, perturbantes dans le sens où elles bousculent nos représentations sociales et historiques, souvent trop manichéennes. Mais c'est surtout au sujet de ce qu'elles révèlent des hommes que nous nous trouvons interrogés. Mal à l'aise face à la complexité du genre humain, cette nouvelle réalité est certes difficile à accepter mais l'on est bien obligé de reconnaître qu'elle est plus proche de la vérité. Ces questions sont particulièrement présentes lorsque l'on aborde la Seconde guerre mondiale et le génocide des Juifs. La récente publication aux éditions Plein jour du titre posthume de Gitta Sereny, Dans l'ombre du Reich fait écho à l'excellent travail de Johann Chapoutot, La loi du sang, penser et agir en nazi paru chez Gallimard en 2014. Ces deux livres, d'une intelligence rare, abordent avec justesse cette période complexe.   https://www.youtube.com/watch?v=dvC_WlhFLPc Leur force est notamment due à leur puissance d'écriture. Chacun dans leur style, Gitta Sereny et Johann Chapoutot mettent parfaitement en lumière la mécanique nazie qui a su, par la complicité des élites, s'immiscer dans les institutions du droit, de la santé et de la sécurité et reposer ainsi sur les fondements de la société allemande d'alors. Cette mise en place de la politique nazie les conduit à s'interroger sur ces acteurs connus mais aussi et surtout sur les lambda qui y ont participé. Comment alors admettre (et non cautionner) l'ampleur et la complexité de l'humanité en de pareilles circonstances ? Comment envisager que les plus insoutenables actes commis sous le IIIe Reich furent réalisés par des êtres humains intelligents, sensés et non des fous écervelés assoiffés de haine et de vengeance ? Fortes de nombreuses archives, leurs analyses nous invitent à comprendre comment le pire fut rendu possible et les conséquences que cela eut à la fois dans l’immédiateté de la guerre mais également sur les générations à venir en Allemagne. Face à ces difficiles mais non moins nécessaires questions, ces deux auteurs sont à connaître, à lire et à relire tant ils nous éclairent sur la réalité des événements du passé et nous donnent des clés pour mieux comprendre les enjeux du présent. Gitta Sereny (1921-2012) fut une grande journaliste, reconnue dans toute l'Europe pour son travail d'enquête sur les hauts fonctionnaires nazis (Au fond des ténèbres (Tallandier) sur Franz Stangl, commandant de Tréblinka et Albert Speer, ministre des armements dans son livre Albert Speer, son combat avec la vérité, (Seuil,épuisé)). Johann Chapoutot, (1978-...), historien, spécialiste sur l'Allemagne a renouvelé l'historiographie sur le nazisme à travers plusieurs livres Le National-socialisme et l'Antiquité (PUF, épuisé), Fascisme, nazisme et régimes autoritaires en Europe : 1918-1945 (PUF).  

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !