Chargement...
Chargement...

Pas Lorellou

13192_pas-lorellou
Une actualité de David V.
Publié le 03/12/2014

test de grossessecactus qui n'en finit pas d'agoniser et dont on se débarrasse plus ou moins auprès de la vieille copine confrontée à un autre type d'agonie. Et l'écriture d'Emilie de Turckheim est un peu à l'image de cette plante : droite, verte, parfois fleurie mais qui n'hésite pas à piquer, à se rebeller, riche d'une sève secrète dont elle nous laisse imaginer le goût. Car ce long moment d'amour qu'est une grossesse réveille le souvenir de tous les amours qui ont traversé sa vie ou s'y sont installés, ces hommes qui pensent encore à elle, qui auraient aimé lui faire des enfants, qui ne disparaissent jamais vraiment, qui font signe ou s'estompent. "Il n'y a pas de certitude en ce monde", constate-t-elle face aux réactions des uns et des autres, comme ceux qui lui disent que deux ans d'écart entre des enfants c'est merveilleux, et ceux qui concluent que c'est atroce... Rien n'est certain, le monde est fluctuant, raison de plus pour ne pas se laisser faire, pour l'égratigner de son écriture, pour le provoquer, semer de piquants les tapis de la convenance. La diariste n'aime pas le convenable, ni le convenu. Elle n'est pas dupe de ses attitudes mais ne verse jamais dans le cynisme, posture à la mode. Elle s'amuse beaucoup de sa carrière d'écrivain qui n'est pas toujours une partie de plaisir, s'étonne souvent de ce que sa "carrière" de mannequin pour artistes peintres lui inspire (cela lui a déjà inspiré d'ailleurs un très joli petit livre : La femme à modeler chez Naïve, où elle est d'ailleurs éditrice). Sentir grandir la vie en soi ne condamne pas à l'emphase ni au gnangan, n'interdit pas de parler de sexe (et parfois crûment), ne fait pas tourner le dos à une émotion qu'elle sait distiller avant de passer à autre chose (c'est l'avantage du journal, un jour chasse l'autre, certains sont bavards, d'autres discrets ou elliptiques). Il faut être doué pour garder sa pudeur en passant pour impudique, et ce talent, Emilie de Turckheim le possède.

Nous sommes curieux de voir ce qu'elle en dira lors de la rencontre prévue avec elle jeudi 4 décembre.

PS : l'enfant ne s'appellera pas Lorellou, on préfère le dire tout de suite.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (128)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !