Chargement...
Chargement...

Petit art de la fuite

7460_petit-art-de-la-fuite
Une actualité de Marilyn
Publié le 05/04/2013

L'art de la fuite n'est pas donné à tout le monde. Aussi voici un roman, Petit art de la fuite de Enrico Remmert qui pourra peut-être vous aider.

Tout d'abord il faut partir entre amis et tant qu'à faire choisissez-vous des amis, un brin, voire carrément loufoque : prenons Vittorio, violoncelliste, torturé et hypocondriaque, sa fiancée Francesca, vétérinaire qui le trompe avec son patron et Manu, la plus déjantée du groupe, monitrice d'auto-école le jour et gogo-danseuse la nuit. Prenez ensuite une situation un peu compliquée: Vittorio doit se rendre dans le sud de l'Italie pour une série de concert, il décide d'y emmener sa fiancé Francesca pour un weekend en amoureux alors que celle-ci a l'intention de le quitter pour son patron avec qui elle a une liaison depuis des mois. Mais au moment de monter dans le train, Manu les supplie de l'accompagner pour tenter d'échapper à Ivan son petit ami qui la brutalise. Les voici donc parti dans une traversée nord-sud de l'Italie à bord d'une voiture auto-école donc à double pédales, avec à son bord un violoncelle. Ce qui s'apparente à une petite escapade se transforme en course-poursuite lorsque Ivan les retrouve au volant de son 4x4 blanc et armé d'un doberman. Vous tenez ainsi une bonne raison de vous enfuir. Vous apprendrez qu'il vaut mieux quitter l'autoroute et traverser les villages italiens enneigés par un hiver rigoureux. Vous apprendrez également comment conduire une voiture auto-école à deux, comment trouver de l'argent pour acheter de la bière et surtout comment conserver l'amitié alors que les masques tombent et que les liens se mêlent, s’entremêlent et se démêlent.

A grand renfort de situations impossibles, sur des notes poétiques, ce récit à trois voix est surtout et avant tout drôle malgré la gravité de certains passages. Au fil des pages le roman prend une dimension plus initiatique, les relations sont mises à rudes épreuves. La moralité de ce roman, très révélateur et juste sur la génération qu'il dépeint, est bien simple : rien n'est jamais grave. Il y a toujours une solution pour tout, l'essentiel est d'être accompagné pour surmonter. Alors vous aussi partez en fuite avec des amis et un violoncelle, la vie sera plus belle.

Marjorie

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !