Chargement...
Chargement...

Portraits de femmes

8242_portraits-de-femmes
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 15/05/2013

On se souvient des Heures silencieuses, le premier roman très réussi de Gaëlle Josse, une variation autour d'un tableau de l'artiste hollandais Emmanuel de Witte. Nous avions été touché alors par la grâce de son écriture et par la subtilité des personnages incarnés. L'ouvrage a d'ailleurs été couronné du prix Lavinal en 2011.

Avec Noces de neige,  son dernier roman, toujours publié aux éditions Autrement, l'alchimie fonctionne encore une fois. Par l'intermédiaire d'un récit croisé, l'auteur évoque le destin de deux femmes russes à deux époques différentes. C'est un long voyage en train entre Nice et Moscou qui les réunit. La première, Anna Alexandrovna, vit à la fin du XIXème siècle. Elle est une jeune adolescente issue de l'aristocratie russe. Sa famille a pour habitude de passer tous leurs hivers sur la Riviera pour ne revenir en Russie qu'aux beaux jours. Nous faisons sa connaissance au moment où elle s'apprête à rejoindre Moscou. Sa famille, accompagnée d'une livrée de domestiques, établit ses quartiers dans les wagons première classe d'un train. Nous sommes à la veille d'un incident tragique, celui de l'assassinat du tsar Alexandre II.

La seconde, dénommée Irina, entame le voyage en sens inverse. Elle a choisi de quitter Moscou pour toujours. Nous sommes en 2012, et Irina va faire la rencontre d'Enzo, un jeune français avec qui elle a correspondu via un site de rencontres sur Internet. Enzo lui propose de s'installer à Nice avec lui, chance inouïe pour cette jeune femme qui rêve d'une vie meilleure en Occident. Elle ne se doute pourtant pas encore à quel point ce voyage sera décisif pour elle.

Deux femmes, deux époques, deux destins, et un huis-clos passionnant, c'est le pari fou que réussit ici Gaëlle Josse. Encore une fois, l'auteur parvient à dépasser complètement l'exercice de style pour nous livrer une histoire profonde et émouvante.

Bibliographie