Chargement...
Chargement...

Post-Ohl

no_media
Une actualité de David V.
Publié le 24/08/2013

Un petit souci technique, le genre qui vous fait vous tordre les doigts d'impuissance au-dessus d'un clavier insolemment immobile, ne nous a pas permis d'ajouter un commentaire au billet précédent qui se devait donc parler de lui-même. Nous espérons que, passée la demi-minute de circonspection vous aurez reconnu l'intarissable et inadejctivable Michel Ohl dans ses oeuvres postales dont il nous honore très régulièrement, nous plongeant comme il peut l'imaginer dans des moments uniques oscillant entre franche gaieté et véritable rigolade. Les plus ohliens d'entre nous connaissaient le lien secret et ancien unissant ces deux grandes figures landaises que sont Alain Juppé, notre bon maire, et Michel Ohl, notre bon père. Une rencontre mémorable au coeur de l'enfance et les voici depuis liés plus sûrement qu'Adour et Midouze (là, je l'avoue, malgré ma connaissance certaine de Mont-de-Marsan, il y aura toujours en moi ce barrage pour retenir et comprendre quelle rivière rencontre telle autre pour former une autre encore). C'est cette vieille histoire devenue légende qu'a réussi, en vers, à cristalliser Michel Ohl. Janus landais, être mystérieux, le Juppé-Ohl risque hanter longtemps en nous l'enfant crédule qui y reconnaitra sûrement une de ses plus anciennes peurs : le mariage du poétique et du politique.