Chargement...
Chargement...

Quand Vendredi découvre le monde

Le Garçon de Marcus Malte éditions Zulma
Le garçon de Marcus Malte - éditions Zulma
Une actualité de Marilyn
Publié le 26/08/2016
Un personnage sans nom ni voix, un roman d'apprentissage fascinant, une quête inoubliable. "Le garçon" est sans conteste un immense coup de cœur.
On aime voir les éditions Zulma commencer leur rentrée avec des livres volumineux. En 2014 sortait L'île du point Nemo de Jean-Marie Blas de Roblès et Le complexe d'Eden Bellwether de Benjamin Wood, deux romans qui ont eu chez nous beaucoup de succès comme en aura à coup sûr Le garçon de Marcus Malte.

A la découverte du monde

Nous sommes en 1908. Depuis sa naissance, le garçon a vécu à l'abri de la civilisation. Quand sa mère décède, il part à la conquête de ce grand inconnu qu'est l'homme.

Il a tout à connaître, tout à voir, tout à découvrir. Ceux qui depuis la nuit des temps construisent des objets et bâtissent des demeures savent reconnaître la vraie valeur des éléments qui les entourent. Les trésors cachés sont de peu d'intérêt, pense-t-il, puisque ses congénères n'y portent aucune attention.

Les observer, les imiter, leur obéir voilà la clé pour accéder aux secrets de l'humanité même quand il s'agit de rites incompréhensibles au sujet d'un divin enfant.

Son apprentissage se fait au gré des rencontres. Penser par soi-même dans un monde étranger est difficile. Heureusement qu'il croise des gens honnêtes qui diffusent leur savoir avec générosité, qui l'aident à s'adapter et à se rendre utile.

La plus belle invention humaine

Tout au long du roman, nous ne saurons pas son nom ni n'entendrons le son de sa voix. Mais les personnages qu'il aborde savent toujours comment communiquer bien qu'aucun ne le comprenne mieux qu'Emma.

Vivre pour survivre était bon pour son quotidien dans la nature. Ici, il peut goûter aux plaisirs de la vie, connaître ce qu'il y a de plus beau. L'amour d'abord, le sexe ensuite. Une relation parfaite s'installe entre eux. Elle qui le considère pendant un temps comme un frère trouve en son confident un amant merveilleux. Ensemble, ils partiront à la découverte du corps, à tous ces délices difficilement avouables en ce début de XXe siècle.

J'en ai déjà trop dit. Mais il est difficile de se taire après une telle lecture. Si la vie n'est qu'un cercle, une succession d'étapes qu'il faut répéter, alors il n'est que justice de lire ce roman une seconde fois pour en découvrir plus peut-être ou pour tout simplement apprécier une écriture douce, passionnée, vraie.


________________________________________

D'autres personnages sur des terres inconnues à découvrir :

- Le journal des cinq saisons de Rick Bass
- Ce qu'il advint du sauvage blanc de François Garde
- L'ancêtre de Juan José Saer

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?