Chargement...
Chargement...

Repose en Peace

1872_repose-en-peace
Une actualité de Karine G.
Publié le 16/03/2016
peace.gif

 

The Red Riding Trilogie - actuellement au cinéma !

What is that ? Une adaptation magistrale de l'oeuvre de David Peace, auteur  de 1974, 1977, 1980, 1983, une tétralogie suffocante se passant dans le Yorkshire...

 

Sur les quatre titres publiés par le terrible Anglais, exit 1977 (pour la petite histoire Channel 4 ne voulait financer qu'une trilogie), reste donc au final l'épisode 1974, réalisé par Julian Jarrold,  James Marsh s'est emparé de 1980, et Anand Tucker a signé l'adaptation du dernier volet 1983. Les spectateurs anglais ont pu apprécier le résultat en s'installant devant leur poste de télévision - en France, seuls quelques cinémas (dont Utopia Bordeaux, c'est là que s'est rendu votre libraire) ont eu le courage de programmer The Red Riding Trilogie. Ce n'était pas une mince affaire que d'adapter Peace à l'écran : comment rendre la noirceur de son univers, ses personnages broyés, sa désespérance ? Proche d'un Robin Cook pour l'ambiance, et d'un James Ellroy par le style, Peace n'est pas de tout repos (contrairement à ce qu'indique son patronyme)... Pari réussi car les trois films sont une réussite complète ! - c'est aussi l'avis de François Guérif, directeur de la collection Rivages/noir, qui publie en France les ouvrages de David Peace, à qui nous avons posé la question alors qu'il accompagnait dans nos murs James Ellroy le 18 janvier dernier. Les films sont fiévreux, l'image nerveuse et enlevée, le rythme vif et incisif, on revisite les années Thatcher sur fond de décor d'époque. Le constat révulse : du journaliste naïf qui va vite perdre ses illusions au flic corrompu prêt à tout pour se couvrir - ce monde est pourri. Tout comme on sort groggy des livres de Peace, on quitte la salle de cinéma en ayant l'impression d'avoir visité les bas fonds de l'âme humaine, question de conscience... - to be or not to be, that is the question.

Bibliographie