Chargement...
Chargement...

Requiem pour un paysan espagnol

1971_requiem-pour-un-paysan-espagnol
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 21/09/2013

Ramon SenderEncore un fichu roman sur la guerre d'Espagne (1) ?! Mais non, point du tout ! C'est juste qu'Attila, la petite mais néanmoins ambitieuse maison d'édition - on aura compris qu'il ne s'agissait pas du roi des Huns - poursuit le travail d'édition et réédition de l'oeuvre de Ramon Sender (1901-1982), dont on connaît surtout Le bourreau affable. Vaste entreprise que celle-ci, quand on sait que ce géant des lettres espagnoles - et anarchiste invétéré - a signé pas loin d'une soixantaine de livres dont seulement une dizaine ont fait l'objet de traductions en français ! Après Le roi et la reine dont ils avaient racheté les droits au Seuil pour le publier en 2009, il s'agit cette année du Requiem pour un paysan espagnol, (suivi d'un texte inédit intitulé Le Gué), que l'on pouvait trouver en Babel jusqu'à l'année dernière. Voici pour nous l'occasion de remettre en avant ce qui constitue indéniablement l'un des plus beaux textes jamais écrits sur la Guerre civile par un romancier espagnol - aux côtés de Lune de loups de Julio Llamazares. Trahison, dénonciation, délation, cafards, baveux, mouchards... tel est le thème central de ces brefs récits qui se déroulent dans un cadre rural en tout point semblable à l'Aragon natif de Sender. Autre fil conducteur, ils mettent tous deux en scène des personnages abritant un lourd secret. Leur voix intérieure ponctue le récit tandis que nos deux âmes en peines reviennent sur leurs effroyables agissements. Entre le spectre des disparus et ces vivants qui errent sur terre comme des fantômes, la mort est alors omniprésente dans ces textes aux dialogues à la fois épurés et lourds de sens.

 

Seul bémol, on peut parfois se demander pour quelles raisons Attila n'a pas jugé utile de conserver la traduction de Bernard Lesfargues...

 


(1) Titre du dernier livre d'Isaac Rosa, paru chez Bourgois en février dernier.  F.A.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !