Chargement...
Chargement...

retour chez les hippies

683_retour-chez-les-hippies
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 09/05/2013

cerf_portrait.jpgLa réédition d'un texte culte, exhumé d'une valise remplie de pantalons pattes d'éléphants et d'essence de patchouli!

L'Antivoyage n'est autre que le premier roman de Muriel Cerf. Rédigé sous forme de journal, il retrace un périple qu'elle a effectué en Inde et au Népal au début des années 70, alors qu'elle a tout juste 25 ans. On y croise une kyrielle de personnages plutôt haut en couleurs: Coulino, une jeune anglaise amoureuse et impulsive, un hippie de la Courneuve devenu perceur d'oreilles par la force des choses, un Duc reporter pour les moines du Sikkim...

Car Muriel Cerf possède une plume particulièrement acérée. Hors de tous clichés, elle impose un style où l'on retrouve toute la fraîcheur et le tempérament de la jeune effarouchée qu'elle a pu être. Elle rend évidemment très bien compte de la beauté des paysages, des couleurs, des lumières. Mais elle porte aussi un regard hypersensible sur tout ce qui l'entoure, les gens, les ambiances, les sensations. Il faut tout de même savoir que l'Antivoyage a fait polémique à sa sortie : les hippies ont jugé que l'auteur était bien trop belle et bien trop bourgeoise pour être honnête tandis qu'André Malraux l'a couverte de louanges. L'Antivoyage est tout de même devenu avec le temps un texte mythique. L'auteur se fait le témoin de toute une époque, où l'Inde exerçait une très grande attraction pour les hippies et les baroudeurs amateurs de substances illicites. Au-delà de la référence aux années 70, l'ouvrage se lit aussi comme une très belle réflexion sur le sens du voyage:

"Tout est à faire, il faut aller beaucoup plus loin que je n'ai été en Inde, tout recommencer en Europe. (...) Je sais ce qui est vrai et que je ne l'ai pas."

Des termes qui font échos à ceux de Bouvier dans L'Usage du monde : "On croit qu'on va faire un voyage, mais bientôt c'est le voyage qui vous fait, ou vous défait."

Bibliographie