Chargement...
Chargement...

Rions un peu pour entamer la semaine

59_rions-un-peu-pour-entamer-la-semaine
Une actualité de Sylvie
Publié le 09/05/2013

noguez-oeufs.jpgIl semble se confirmer que, malgré l'affirmation du calendrier, le printemps persiste à rester caché quelque part, tapi derrière des nuages qui n'en finissent pas de parader dans des cieux changeants ou pris en otage par une pluie (1) d'une insolence dont on avait perdu l'habitude. Bref, c'est Pâques depuis plusieurs semaines. Notre besoin de réconfort météorologique est réel, il réclame des livres à glisser dans une poche comme viatique pour traverser l'averse.

Heureusement nous avons mis la main sur l'un de ces précieux petits ouvrages inclassables qui risquent passer entre les mailles du filet du libraire alors qu'ils semblent n'avoir été conçus que pour notre seul bonheur. On connaît Dominique Noguez depuis longtemps, il a eu droit aux honneurs d'un Femina, est à la tête d'une bibliographie conséquente, on croit savoir qu'il a bien connu Bordeaux dont il s'est souvenu dans un petit opus paru il y a deux ans (dans lequel il évoque d'ailleurs la librairie Mollat...), qu'il est un des piliers du fameux Grand Prix de l'Humour Noir (obtenu par lui pour Cadeaux de Noël) que la terre entière nous envie. Cet humour qu'il manie avec talent, il en a rempli un panier d'oeufs de Pâques à charge pour les éditions Zulma d'en faire une élégante boîte où puiser selon son appétit ou sa gourmandise. Le résultat est tellement réussi qu'on invite, à rebours de tous les conseils diététiques du moment, à préférer la dégustation fractionnée, à piocher sans vergogne, à se resservir sans honte. Oeufs de Pâques au poivre vert, dédié à M.Guillotin, est une cavalcade de petites nouvelles insolentes et noires, de jeux insolites et iconoclastes (ah! les mots croisés pour débutants), de délires érotiques, de micro-essais décapants, d'astrologie allumée, d'aphorismes et d'épitaphes, le tout ponctué de gravures honteusement détournées. Bref, allègrement de quoi fouetter son chat s'il se prend pour un lapin. Le petit format de cet élégant volume permettra aux plus astucieux de le glisser à côté de leur portefeuille, au niveau de la rate, organe qu'on aura tout intérêt à dilater si l'on veut supporter encore un peu le spectacle des pâquerettes trempées.

Dominique Noguez

(1) Les amateurs d'humidité n'oublieront pas De la pluie de Martin Page et le Dictionnaire de la pluie de Patrick Boman qui nous ont prouvé l'an passé leur terrible utilité.

Bibliographie