Chargement...
Chargement...

Splendeur et lumière de Zoya Pirzad

no_media
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 19/03/2016

Ecrivain phare du catalogue des éditions Zulma, Zoya Pirzad revient faire le bonheur des lecteurs et surtout des lectrices françaises avec son livre intitulé C'est moi qui éteins les lumières, traduction du premier roman qu'elle avait publié en Iran. C'est ainsi que l'on plonge avec délice dans le quotidien d'une famille arménienne installée à Abadan à travers le personnage de Clarisse, épouse et mère de famille dont le dévouement évoque plutôt un sens du sacrifice infini. Mais avant que l'on ne soit tenté de l'ériger en sainte et de lui vouer un culte, on se rend compte que ce beau parangon d'abnégation pourrait être plus vulnérable qu'il n'y paraît à première vue. Ainsi, l'installation d'une autre famille arménienne sonne définitivement le glas de la tranquillité d'esprit de Clarisse lorsque cette dernière se rend compte qu'elle passe volontiers du temps à s'entretenir avec son nouveau voisin, un veuf d'à peu près son âge. Moins encline à supporter le caractère taciturne de son mari féru de politique, l'envahissement récurrent de sa boulimique de soeur et de leur mère ainsi que les commérages de la communauté, elle découvrira peu à peu ses limites. Les lecteurs de Zoya Pirzad retrouveront dans ce merveilleux roman le même souci du détail et la même finesse d'analyse qui nous avaient séduit avec ses précédents livres, et surtout, on est une fois de plus frappé par sa dimension universelle.

[youtube width="480" height="295"]http://www.youtube.com/watch?v=FPV4_HbfHqM[/youtube]

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !