Chargement...
Chargement...

Tavares enfin dans nos rayons !

343_tavares-enfin-dans-nos-rayons
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 09/05/2013

Gonçalo M. TavaresA la liste des grands noms de la littérature portugaise vient aujourd’hui s’ajouter celui de Gonçalo M. Tavares. Né en 1970, Tavares a commencé à publier ses ouvrages en 2001 et depuis, son rythme d’écriture est des plus soutenus. Couronné par de nombreuses récompenses littéraires aussi bien dans son pays natal qu’à l’étranger, son talent, qui s'illustre aussi bien dans des oeuvres poétiques que romanesques, est loué par des auteurs célèbres comme José Saramago, Enrique Vila-Matas ou encore Alberto Manguel.

Le 10 septembre prochain paraîtront aux Editions Viviane Hamy deux de ses écrits, à savoir Jérusalem et Monsieur Valéry.

 

Récompensé par le Prix Saramago en 2005, Jérusalem met en scène une demi-douzaine de personnages insolites que peu de choses semblent lier. Cependant on se doute bien que cette série de courts chapitres centrés tantôt sur les uns, tantôt sur les autres, nous amène à comprendre ce qui s’est passé dans cette mystérieuse nuit du 29 mai. D'après José Saramago, "Jérusalem est un grand livre qui mérite réellement une place parmi les grandes oeuvres de la littérature. Gonçalo M. Tavares n'a pas le droit d'écrire si bien à l'âge de 35 ans !"[1]

Monsieur Valéry, quant à lui, a permis à l’auteur de se voir attribuer le Prix Branquinho da Fonseca décerné conjointement par la Fondation Gulbenkian et le journal Expresso. Il met en scène un personnage du même nom pour le moins loufoque et permet de voir dans quelle mesure la logique, appliquée à des situations de la vie quotidienne, ouvre la voie sur l’absurde… Ce court récit illustré est le premier d’une petite série qui obéit à un concept des plus originaux. Tavares a en effet inventé un quartier – « O bairro »[2] - dans lequel résident toute une galerie d’auteurs célèbres de nationalités différentes. Il dresse alors le portrait de ces habitants dans de courts récits éponymes s’apparentant à des paraboles : Henri, Brecht, Juarroz, Calvino…

 

L’écriture de ce jeune auteur portugais (il a écrit le roman Jérusalem à l’âge de 33 ans) témoigne d’une maturité indéniable. Tavares excelle dans la création d’ambiances particulières où évoluent des personnages toujours atypiques qui flirtent avec la folie, le tout écrit dans un style concis qui révèle une maîtrise effrayante de l'art narratif.


[1] Propos tenus lors de la cérémonie de remise du prix Saramago.
[2] Carte de « O Bairro » (cliquer pour agrandir).
Carte “O barrio”

 

 

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !