Chargement...
Chargement...

Toulouse, vingt-cinq minutes d'arrêt

7170_toulouse-vingt-cinq-minutes-d-arret
Une actualité de Emilie
Publié le 05/04/2013

La ligne Bordeaux-Vintimille relie le sud-ouest de la France à l'Italie en passant par Montauban, Toulouse, puis Marseille. A Toulouse, le train observe habituellement treize minutes d'arrêt, mais en cette nuit du 13 novembre 1983, le véhicule est resté posté plus longtemps en gare.

Pour ceux qui s'en souviennent, cette date et ce lieu font écho à un fait divers sordide qui a profondément bouleversé les médias comme le public à l'époque: l'affaire "Habib Grimzi", ou plutôt le lynchage en règle d'un jeune Algérien par trois garçons venus s'engager dans la Légion étrangère.  Au cours du voyage, l'homme sera battu puis jeté sur la voie ferrée; deux des trois agresseurs seront arrêtés en gare de Toulouse. A l'époque, Jean-Baptiste Harang est correspondant régional du journal Libération à Toulouse et il a donc pu suivre l'affaire de très près. C'est aujourd'hui, presque trente ans après, qu'il reconstitue le drame. Avec Bordeaux-Vintimille qui vient de paraître chez Grasset, l'auteur interroge le fait-divers avec une acuité étonnante. Sans jamais tomber dans le pathos ou dans le jugement moral, il adopte une certaine distance et met en perspective les faits comme les réactions des différentes personnes impliquées. La question du racisme se pose évidemment, mais celle aussi du manque de réaction de la part des voyageurs: témoins oculaires directs, ils ne sont pas venus en aide au jeune homme et ont pour la plupart préféré taire leur témoignage aux forces de l'ordre. Ce soir là, le train a rattrapé le retard qu'il avait pris en gare de Toulouse et est arrivé à l'heure, comme si rien ne s'était passé. L'assassinat d'un homme n'a perturbé ni le trafic ferroviaire, ni le programme des voyageurs.

A la frontière entre le récit et le roman -l'auteur a préféré changer les noms des protagonistes mais il a composé son texte en collant au plus près à la réalité des faits- Bordeaux-Vintimille est un livre choc qui nous interroge sur la cruauté ordinaire, un livre dont on ne sort évidemment pas indemne.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !