Chargement...
Chargement...

Tout simplement magnifique...

1890_tout-simplement-magnifique
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 30/08/2013

La mer noireLe roman que nous voudrions mettre en lumière aujourd'hui est l'oeuvre d'un écrivain encore assez méconnu du lectorat français. Auteur d'une vingtaine de livres pour enfants et d'un premier roman pour adultes passé relativement inaperçu (Tout ira bien paru aux éditions Arléa en 2004), Kéthévane Davrichewy signe cette année un superbe roman qui risque fort de trôner sur notre table coups de coeur pendant un bon moment.

Lorsqu'on entreprend la lecture de La mer noire (édité par Sabine Wespieser), on nage en plein brouillard. On se demande où on met les pieds. On ne sait pas qui parle, on ne sait pas où on est, on ne sait pas dans quelle époque on est plongé. Cette brume épaisse qui enveloppe la narration va se disperser petit à petit. Ni trop vite, ni trop lentement, juste à temps pour que l'intérêt du lecteur ne commence à s'effriter, sans pour autant gâcher l'effet de suspense. En un mot, l'équilibre parfait. Peu à peu, on fait la distinction entre deux temporalités (maintenant et autrefois) et deux lieux (ici et là-bas), les deux étant amenés à se rejoindre au fur et à mesure. Ainsi, on comprend que le personnage central est une femme, et que le récit commence le jour de son anniversaire. En revanche, on reste encore dans le vague en ce qui concerne son âge ou les liens qu'elle entretient avec les autres personnages.

Sur fond de lutte pour l'indépendance de la Géorgie, on découvre ainsi l'histoire de Tamouna, qui s'est réfugiée en banlieue parisienne avec une partie de sa famille. Récit sur l'exil, la communauté, la famille, la guerre, les mensonges, La mer noire est avant tout un roman magnifique emprunt de rêve et de magie, de tension et de passion, qui promet de bouleverser plus d'un lecteur. Nous soulignerons enfin la beauté de la prose de Davrichewy, qui parvient à raconter en aussi peu de pages l'histoire d'une vie, avec ses épreuves et ses moments de bonheur, sans pour autant tomber dans la simplification. En un mot, c'est un livre marquant et émouvant qui promet de vous hanter bien après que vous en aurez terminé la lecture.

F.A.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !