Chargement...
Chargement...

Trois jours à Berlin, I 1

no_media
Une actualité de David V.
Publié le 16/07/2014
Fabrice Gabriel n'est peut-être pas si enclin que cela à Fuir les forêts qu'on pourrait le croire. Si ce titre est celui de l'un de ses deux romans (édités chez Fiction & cie) salués en leur temps par la critique, cela ne pourrait s'appliquer à sa situation, lui qui désormais préside aux destinées du fameux et célèbre Institut Français de Berlin. Car si Berlin est une ville immense, pour peu qu'on s'y élève on la découvre ceinturée de profondes forêts qu'on dirait inquiétantes si l'on ne craignait l'inévitable cliché. Berlin est une ville verte où la nature par trouées se fait une place et dans laquelle le Berlinois sait s'offrir une dimension qui manque à beaucoup de nos villes sururbanisés. Mais foin de réflexions sur la nature car si Fabrice Gabriel a pris la direction de l'Institut c'est avant tout pour sa culture. Ayant dirigé cinq ans le Bureau du Livre à New York, il a rejoint la capitale allemande pour s'occuper de cette institution dont la survie avait été remise en question un temps. Intense foyer d'activité qui dispose d'un cinéma et d'une vaste bibliothèque, ce lieu est le carrefour de tous ceux que la culture française intéresse : rencontres, conférences, lectures, le programme est très fourni. C'est à la fois l'écrivain et le directeur que nous avons interrogé au coeur de l'espace consacré aux expositions. L'occasion ici de le remercier pour son accueil et sa disponibilité. https://www.youtube.com/watch?v=S_rJVzCJ_2o