Chargement...
Chargement...

Un Desproges au XIXe siecle

747_un-desproges-au-xixe-siecle
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 09/05/2013

panizza.jpgUn texte étonnant vient d'être réédité par les éditions Agone et Cent pages. Il s'agit du Concile d'amour, tragédie céleste en V actes, une pièce de théâtre rédigée par Oskar Panizza, un grand dramaturge allemand qui a influencé entre autre Wedekind et Fontane.

Comme l'indique le sous-titre, la scène se passe au ciel. On y croise Jésus, Marie, quelques anges et le Diable en personne. Nous sommes au XVe siècle, en 1495 plus précisément, une date qui n'est pas choisie au hasard puisqu'elle correspond à l'apparition de la syphillis...

L'unité d'action repose en effet sur le postulat suivant:

Et si la syphillis était une invention des cieux pour punir les frasques des hommes?

Impuissant face aux débordements de la famille Borgia et du Pape Alexandre VI, Dieu en appelle au Diable pour donner une bonne leçon aux humains. Et comme dans toute tragédie qui se respecte, l'issue sera fatale...

diable-1op.jpgOn rit pourtant beaucoup! Panizza manie l'humour et l'ironie avec aisance. Et les indications scéniques préfigurent une mise en scène plutôt moderne. Pour exemple la didascalie désopilante qui ouvre la pièce:

"Le ciel. La salle du trône. Trois anges revêtus d'un duvet d'une blancheur de cygne, pantalons collants à jambières, bas, petites ailes comme en portent les amours, cheveux courts poudrés à frimas, souliers de satin blanc. Ils tiennent à la main des plumeaux."

Cette critique du pouvoir de l'Eglise et des dogmes religieux ne passa inaperçue à l'époque. Censurée, la pièce value à son auteur de comparaître devant la justice puis de passer un an en prison.

Ce morceau étonnant de drôlerie et d'invention s'accompagne dans la présente édition d'une double préface - dont l'une rédigée par André Breton- et d'un dossier de censure. Les éditeurs ont fait un remarquable travail de mise en page, en jouant notamment sur la pagination et la couleur du papier.

De fait, on s'amuse de ce qu'on lit, de la manière dont on le lit aussi, et l'envie brûlante nous vient de monter sur les planches!

Bibliographie