Chargement...
Chargement...

Un froid chaleureux

no_media
Une actualité de David V.
Publié le 21/09/2013

Nous prendrons bien garde de ne pas tenter d'expliquer le très beau titre du premier roman de Denis Decourchelle paru chez Quidam en janvier car ce serait tenter par là même de résoudre l'énigme de ce livre qui ne se laisse pas apprivoiser facilement et réclame à ses lecteurs une attention soutenue. Le style, travaillé, poli comme une partition, illumine une série d'histoires en une sorte de carrousel littéraire et musical qui nous fait traverser un siècle vertigineux. Les différentes lignes mélodiques s'entrecroisent en se succédant, éclairant des destins singuliers, hommes, femmes, qu'il nous est donné d'observer avec cet étonnement du lecteur de roman qui se demande où se cache la vérité. Car Denis Decourchelle ne manque ni d'habileté ni de malice en nous faisant les témoins d'existences bouleversées qu'on ne peut s'empêcher, parce que nous faisons sans cesse fonctionner nos références, de vouloir rapprocher de destins connus et déjà racontés. A qui renvoie cet astronaute russe qui a découvert dans l'espace une extase que le retour sur terre ne lui rendra jamais ? Qui peut être cette actrice devenue vedette toute jeune après avoir connu le drame de l'exil ? A quelle ombre de jazzman ressemble ce musicien qui se perd ? Ce n'est pas le moindre des plaisirs que nous offre La persistance du froid, ce recueil ouvragé de vies imaginaires comme Marcel Schwob a pu en son temps en imaginer. L'auteur avoue posséder une faible imagination, il nous prouve avec son premier roman que ce qui pourrait passer pour un défaut devient, par la grâce d'un vrai style, une chance réelle.

Mis au défi de se raconter devant notre caméra et de nous expliquer son projet, le jeune auteur, en une seule prise, nous a épatés. Le voici donc sur fond noir, précédé par nos sincères remerciements.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !