Chargement...
Chargement...

Un grand modèle réduit

757_un-grand-modele-reduit
Une actualité de Gwénaël Rocher
Publié le 16/03/2016

la-chambre-damis.jpgSituée à mi-lieu entre le passé qui s'éloigne et l'avenir qui approche, l'enfance est un thème qui inspire bon nombre d'écrivains. Avec son innocence première ainsi que sa soif de savoir, l'enfant porte en lui, comme en germe, les pires menaces comme les plus belles espérances sur la nature humaine. Voilà en quoi les enfants dans la littérature donnent souvent des personnages à la fois complexes et fascinants. N'ayons pas peur des mots, David, le narrateur de La chambre d'amis de Marcel Möring, vient enrichir la galerie des plus beaux portraits d'enfants dans la littérature. Saluons la collection Motifs qui a eu, encore une fois, beaucoup de flair en faisant paraître en poche ce merveilleux texte précédemment édité par la formidable maison Les Allusifs.

Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, un pilote de chasse recyclé en pilote d'avions d'épandage agricole se crashe alors qu'il faisait des acrobaties pour amuser les enfants d'une fermière. Alors en convalescence, il rencontrera une infirmière, qui deviendra par la suite sa femme puis la mère de son enfant, David. Douze ans plus tard, les deux membres du couple, incapables de garder un travail, se retrouvent au chômage. Leur enfant, précoce et attachant, aura alors une idée pour le moins originale pour gagner de l'argent : assembler les modèles réduits d'avions pour le marchand de jouets qui habite au rez-de-chaussée. Le trio se met à la tâche dans une sorte de bonheur tranquille, ce qui va favoriser les anecdotes et les révélations sur le passé. Le roman va alors se complexifier, révélant les fractures secrètes de chacun et les remises en question qu'il n'est pas toujours facile d'assumer.

Ce petit roman, sobre et elliptique, est un bijou de sensibilité. A la fois mélancolique et très drôle (la scène où David prend le contrôle des cuisines d'un grand restaurant est absolument hilarante !), ce modèle réduit de 120 pages à peine vous entraîne loin, très loin, là où le regard d'un enfant est la chose la plus profonde qui soit et annonce un soupçon d'espoir sur la condition humaine.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !