Chargement...
Chargement...

Un homme et deux femmes

10392_un-homme-et-deux-femmes
Une actualité de Emilie
Publié le 29/01/2014

La rentrée de janvier 2014 marque l'entrée en littérature d'une toute nouvelle maison, Allary Editions, qui a choisi pour sa première publication d'éditer un auteur débutant elle aussi en littérature. Elle s'appelle Diane Brasseur, et son roman Les Fidélités se lit comme une variation sur le couple qui n'est pas sans rappeler le très beau Intimité d'Anif Kureishi - le cheminement intellectuel d'un homme à la veille de quitter sa femme et ses enfants.

Ici, on suit un homme de cinquante quatre ans, marié, un enfant, et qui entretient depuis quelques temps une liaison avec une jeune femme de vingt ans son cadet. L'homme travaille à Paris et rentre chaque fin de semaine retrouver son épouse et sa fille installées à  Marseille, ce qui lui permet de mener sa double vie sans que sa femme soit inquiétée. Cette relation clandestine s'est installée presque tout naturellement, et s'est construite autour de l'attirance physique plus que sur des sentiments. La jeune fille est belle, attirante, mais parfois presque vulgaire, et renvoie une image qu'il a un peu de mal à assumer dans l'entourage bourgeois dans lequel il évolue.

Au moment où le roman commence, l'homme est sur le point de prendre une décision fatale: rompre avec sa maîtresse et passer des vacances de Noël à New York avec sa femme et sa fille. Sur plus de cent pages, on suit ainsi les cogitations de cet homme, qui revient sur son adultère, sur son mariage aussi et qui ne cesse d'hésiter.

Avec un style sobre et limpide, Diane Brasseur nous livre une véritable dissection de la relation de couple et dresse un portrait sans fard d'un homme aux prises avec le temps qui passe et l'usure des sentiments.  Brillant.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !