Chargement...
Chargement...

Un homme et le féminisme

7941_un-homme-et-le-feminisme
Une actualité de Marie-Aurélie
Publié le 25/03/2016

1989, Ecole Polytechnique à Montréal. Un jeune homme de 25 ans pénètre dans l’école armé d’un fusil semi-automatique et d’un couteau. Il va abattre 14 jeunes femmes et blesser 14 autres personnes. Le livre d’Elise Fontenaille reprend un fait divers qui a secoué le Québec il y a plus de vingt ans. Très factuel et sobre le roman plonge dans la journée fatidique et explore plusieurs aspects attenants au massacre. Cette fusillade s’est déroulée d’une manière très étrange. Le tireur, nommé par Fontenaille Gabriel Lacroix, est entré dans une classe où se déroulait un  cours et a demandé que l’assemblée se sépare en deux groupes distincts : hommes et femmes. Croyant à une blague, personne ne réagit jusqu’à ce le garçon tire un coup en l’air, ainsi les hommes se sont déplacés à gauche, les femmes à droite. Le garçon dit aux hommes de partir, tous ; ce qu’ils ont fait. Ensuite, il commence, s’adressant aux étudiantes, leur disant qu’elles sont des féministes, qu’elles volent les emplois des hommes et que lui déteste les féministes. Après qu’une des jeunes filles tente de lui dire qu’elles ne sont en rien des féministes, le garçon commence à tirer. Après avoir massacré les étudiantes de cette classe, il  continue son chemin dans les couloirs de l’école abattant chaque femme qu’il croise. Son parcours meurtrier cessera dans une autre salle de classe, après qu’il aura achevé une étudiante à coups de couteaux, il se donnera la mort d’un coup de fusil. Le déroulement de cette horrible tuerie a provoqué un immense consensus au Québec et a choqué autant que la tuerie elle-même. Elise Fontenaille a récolté tous les éléments de cette affaire : les événements de la journée, l’histoire de Marc Lépine (le personnage Gabriel Lacroix), les conséquences sociales et politiques de cette tragédie ainsi que le ressentiment des hommes et des femmes québécois les uns envers les autres. L’auteur dresse ici un tableau complexe et intimiste de la première tuerie en milieu scolaire sur le continent nord-américain. Un court texte poignant qui ré-ouvre le débat sociologique et politique entamé 23 ans plus tôt.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !