Chargement...
Chargement...

Un imposteur peut en cacher un autre

14293_un-imposteur-peut-en-cacher-un-autre
Une actualité de Marilyn
Publié le 28/11/2015
imposteurJe ne voulais pas écrire ce livre. Je ne savais pas exactement pourquoi je ne voulais pas l'écrire ou bien si, je le savais, mais je ne voulais pas le reconnaître ou je ne l'osais pas ; ou pas complètement.
Qu'est-ce qui a bien engendrer une telle hésitation chez Javier Cercas ? Enric Marco, le plus grand imposteur que l'Espagne a connu, est pourtant un sujet fascinant. Cet homme, à la fin de la seconde guerre mondiale, se fait passer pour un survivant et raconte à ses compatriotes les horreurs qu'il a subies alors qu'il n'a jamais mis les pieds dans un camp de concentration. Une vérité que le monde apprendra seulement trente ans plus tard. Cependant, pour ce faire, il faudrait passer beaucoup de temps en sa compagnie, l'écouter sans l'interrompre même en cas de désaccord, ce qui reviendrait à essayer de le comprendre. Cela ne reviendrait-il donc pas à excuser son mensonge ? Pour toutes ces raisons morales, l'auteur abandonne son projet pour le reprendre plusieurs fois grâce aux encouragements de son entourage. Or la difficulté lorsqu'on dresse le portrait d'un personnage que l'on méprise est de se regarder dans le miroir et de se demander si on est mieux que lui. En homme de lettres, Javier Cercas se voit dans l'obligation de revenir sur son parcours et de définir si finalement il ne serait pas lui aussi un imposteur.
... je sais à présent pourquoi je ne voulais pas écrire ce livre. Je ne voulais pas l'écrire parce que j'avais peur. Je le savais depuis le début mais je ne voulais pas le reconnaître ou je ne l'osais pas ; ou pas complètement. Ce n'est que maintenant que je sais que ma peur était justifiée.
Avec L'imposteur (éditions Actes Sud), nous retrouvons un peu de ce talent narratif utilisé dans l'Anatomie d'un instant, classant cet ouvrage dans la catégorie de la "narrative non-fiction". Important pour l'histoire de l'Espagne, il est également un grand livre sur la littérature. A lire également : - Notre coup de cœur sur le précédent livre de Javier Cercas, Les lois de la frontièrehttp://urlz.fr/2KeL - Notre dossier consacré à la narrative non-fiction : http://urlz.fr/2KeP A voir : https://youtu.be/RKAksVAuvlI

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !