Chargement...
Chargement...

Un médecin de campagne

909_un-medecin-de-campagne
Une actualité de Sylvie
Publié le 09/05/2013

John Berger par Jean MohrJohn Berger est un des plus grands écrivains britanniques du XX° siècle mais c'est toute une histoire pour en persuader les Français (et les Anglais aussi d'ailleurs...). Il vit d'ailleurs en France, à l'abri du tumulte et compte sur la fidélité de son éditeur L'Olivier pour nous dispenser régulièrement de ses nouvelles, nouveaux livres ou rééditions. Le plus impressionnant de ces romans est sans nul doute G qui marqua un tournant lors de sa parution. Mais ce n'est pas le livre qui nous occupe. Quelques années avant la parution de cette oeuvre majeure, en 1967, il fit paraître avec la complicité de son ami photographe Jean Mohr  A fortunate Man traduit  par Un métier idéal (le charme des traductions de titres...) qui nous est enfin proposé aujourd'hui. Livre inclassable qui associe les photos noir et blanc de Mohr avec le texte incisif et bref de Berger, il nous conduit sur les traces d'un médecin de campagne au service des laissés pour compte, de ce petit peuple fier et inquiet dont il est le gardien, dispensant ses remèdes et apportant une écoute, une compréhension qui confine à l'héroïsme. Justement, ce John Sassall que les deux auteurs vont suivre pas à pas pendant deux mois, est un héros caché, homme de l'ombre qui apporte la lumière de sa compréhension et de sa science, homme compatissant ne cédant jamais à la révolte, personnage tel qu'Orwell aurait aimé en croiser (et c'est vrai qu'on ne peut s'empêcher d'y penser tout au long de la lecture : cet homme-là est une incarnation de la "décence ordinaire" orwellienne). Car ce livre n'est pas un reportage, ni même une enquête ou un document, c'est une suite de visions que viennent renforcer les vues grisées du photographe, elles nous incitent en écoutant la voix de Berger à comprendre ce fatigant métier de vivre et cet éprouvant métier de soigner (plus que de guérir d'ailleurs). Et si genre de projet nous paraît évident désormais, qu'on se souvienne que cette entreprise a plus de quarante ans et qu'elle marque un virage dans cette manière d'aborder le réel, la photo et le texte ne pouvant être dissociés (plus encore par exemple que dans le fameux livre de James Agee Louons maintenant les grands hommes avec les mémorables photos de Walker Evans, sur les victimes de la crise de 29). Le médecin généraliste devenu le parent pauvre dans un monde de spécialistes regagne avec ce bouleversant petit livre une grandeur qui lui fait sans doute trop défaut aujourd'hui.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !