Chargement...
Chargement...

"Un New York voluptueux et brûlant"

11097_un-new-york-voluptueux-et-br-lant
Une actualité de Emilie
Publié le 02/04/2014

bruit autresLes éditions Stock ont eu la belle idée de publier Le Bruit des autres, le premier roman d'une jeune romancière de talent. Son auteur, Amy Grace Loyd -un nom si romanesque qu'il paraît emprunté à une grande héroïne de la littérature- a travaillé pendant quelques années pour le magazine Playboy où elle a publié les plus grands auteurs américains. Elle se lance aujourd'hui dans l'écriture avec la grâce des jeunes premiers.

Comme l'héroïne de son roman, elle vit à Brooklyn, un quartier qu'elle chérit sûrement vu les facilités avec lesquelles elle parvient à nous restituer son ambiance et son charme. Car c'est au cœur d'un brownstone -appartement typique aux façades de grès rouge- que se déroule notre histoire. On suit Celia, une veuve âgée d'une trentaine d'années qui ne se résout pas à faire le deuil d'un mari qu'elle aime plus que tout et qui a disparu des suites  d'une longue maladie. Devenue héritière d'un grand immeuble qu'elle a fait rénover de fond en comble, elle consacre tout son temps à la gestion locative des appartements. Elle a décoré chaque pièce, a embauché une femme de ménage pour que les parties communes soient entièrement briquées tous les lundis, et s'occupe aujourd'hui de ses locataires avec un zèle étonnant. Elle a pris la fâcheuse habitude de venir visiter les appartements lorsque les locataires en sont absents, par curiosité sans doute, mais aussi pour tenter de sonder l'ambiance de chaque pièce et l'humeur de ses habitants. Car le rapport que Celia entretient avec son immeuble est presque poreux, sensuel. Elle "habite" à proprement parlé cet espace et c'est peut être justement ce "bruit des autres" qui lui permet de tenir le coup.

Au moment où commence le roman, un élément fait basculer l'équilibre précaire que Celia a instauré jusqu'alors: Un locataire a décidé de sous-louer son appartement à une jeune femme bien mystérieuse qui va tout de suite exercer une forte attraction sur elle. Elle se nomme Hope -espoir en anglais- , elle est belle, porte un parfum évidemment entêtant, et a dans son expression une certaine tristesse, si ce n'est une douleur enfouie. Autour de la relation ambiguë qui se noue entre ses deux femmes, Amy Grace Loyd compose un roman à fleur de peau, beau et sensuel.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?