Chargement...
Chargement...

Un peu d'actualité en théâtre...

410_un-peu-d-actualite-en-theatre
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 09/05/2013

Peter BrookLe premier Prix Ibsen a été décerné lundi au célèbre metteur en scène, acteur et réalisateur anglais Peter Brook. Le jury de ce nouveau prix norvégien dont la récompense s'élève à 314 000 €, était présidé par l'actrice Liv Ullmann. Celle-ci a particulièrement insisté sur "l'illustration réussie du fait que toute oeuvre théatrale possède une capacité unique à rassembler les êtres humains, qu'il est donné à n'importe qui d'apprécier, et qu'aucune entité socio-politique ou nation n'a le droit de prétendre à la propriété d'une oeuvre littéraire, que celle-ci se présente sous forme textuelle ou qu'elle soit mise en scène."1

Né à Londres en 1925, et ancien de l'Université d'Oxford, Peter Brook a mis en scène à la fois des grands classiques du théâtre et des pièces plus contemporaines. Ainsi, s'il a monté nombre de pièces de Shakespeare et de Marlowe (la mise en scène d'Un rêve d'une nuit d'été qu'il a effectuée en 1970 fait partie des productions shakespeariennes les plus importantes du 20e siècle), son nom est par ailleurs associé à des représentations de pièces de Sartre, Anouilh, Genet, Roussin, ou encore Weiss. Il favorise plutôt des mises en scène épurées, comptant essentiellement sur le jeu des acteurs, se souciant assez peu des décors. Il a cherché a étendre cette dimension novatrice au domaine cinématographique dans la mesure où d'après lui, théâtre et cinéma sont intimement liés. Après avoir été associé à la Royal Shakespeare Company et au Royal Opera House en de nombreuses occasions, sa carrière a pris un tournant dans le milieu des années soixante-dix, date à laquelle il s'est installé à Paris avec sa compagnie dans la salle du Théâtre des Bouffes du Nord.

 

Un certain nombre de ses ouvrages sont disponibles en français, aux éditions du Seuil (Points de suspension, Oublier le temps, L'espace vide : écrits sur le théâtre, et Conversations avec Peter Brook) ou chez Actes Sud (Entre deux silences, Le diable c'est l'ennui : rencontres avec Peter Brook, Avec Shakespeare, L'homme qui suivi de Je suis un phénomène).

 

La cérémonie de remise du Prix aura lieu le 31 août prochain dans la ville portuaire de Skien, où Henrik Ibsen avait vu le jour en 1828. Ce père fondateur du théâtre moderne, auteur notamment de Peer Gynt et d'Une maison de poupée s'était éteint à Christiana - l'actuelle Oslo - en 1906.

 

Notons cependant l'ironie de ce choix : de toutes les pièces qu'il a mises en scène au cours de sa longue carrière, Peter Brook n'en a monté qu'une seule signée par le dramaturge norvégien qui a donné son nom à ce Prix. Il s'agit de La dame de la mer, écrite par Henrik Ibsen en 1888 ; Peter Brook était alors âgé 19 ans.

 


1 Source : le site du Prix Ibsen ; notre traduction.

 

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !