Chargement...
Chargement...

Un peu de reliefs dans nos vies

sky-690293_960_720.jpg
Une actualité de Emma F.
Publié le 04/06/2017
Le cinquième numéro de la revue Reliefs est le début d’une formidable aventure de libraire et de lecteur. Premier volet du nouveau cycle sur les Horizons, (les quatre précédents avaient déjà suscité leur lot d’émotions autour des "dernières frontières"), celui-ci prend un petit parfum d’évasion si précieux à l'approche de l'été. Le thème du dossier qui constitue le cœur de cet opus est le ciel.
Qu’y a t-il dans notre ciel ? Des nuages, des avions, des oiseaux, des étoiles, mais aussi des drones, de la pollution, de l’éther… Une ambivalence céleste que les différents articles de la revue exploitent à merveille. A commencer par les tout premiers désirs d’envol – avec notamment le récit des pionniers de l’aviation au XVIIIe siècle, qui osèrent braver les interdits et montrer que le ciel n’appartient pas qu’à Dieu, quitte à y risquer et laisser leur vie. Les prouesses scientifiques et techniques s’en suivent, des ballons des frères Montgolfier jusqu’au premier engin appelé « avion » piloté par Clément Ader en 1890.

Dupuy_Lome_Aérostat_dirigeable_envol.png

Les diverses avancées de l’Homme vers le ciel démontrent qu’au départ l’enjeu est technique puis, bouleversé par les événements historiques,il devient alors politique, et écologique : à lire pour suivre cette évolution l’excellent article de Gérald Arboit (directeur de recherche) sur le renseignement aérien, puis celui de Hervé Le Treut (climatologue) sur les éléments météorologiques en lien avec notre monde : effet de serre, dynamiques des vents, phénomènes, fonctionnement des différentes sortes de nuages.
Pour finir ce dossier en beauté, (qu'on lit en écoutant les titres de la playlist conseillée), petite pause poétique avec un extrait des Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet, délicieuse et apaisante, sur les vertus des étoiles.
Cette lecture épanouissante et stimulante s’accompagne, hors dossier, d’un portrait saisissant d’ Henry de Monfreid, pirate de la mer rouge, dont on peut d’ailleurs lire l’intégralité des aventures aux éditions Grasset. 
Dans le monde des vivants, deux entretiens d’une grande qualité : le premier – dans la rubrique « aparté » , avec Etienne Klein, vulgarisateur scientifique et physicien quantique, dans lequel nous apprenons ses influences littéraires, poétiques, scientifiques et philosophiques. (Jules Verne, Paul Valery, JJ Rousseau...etc). Le deuxième entretien, avec Asli Erdogan, révèle le statut à risque de l’intellectuelle dans la Turquie contemporaine : après avoir été emprisonnée, elle est sous liberté provisoire sous contrôle judiciaire et n’exerce plus son métier de chroniqueuse et romancière sous peine de représailles. Un passage sur le rôle des mots dans le glissement autoritaire de la Turquie d’aujourd’hui, laisse matière à réflexion :


« Des mots comme « paix » ou « démocratie » sont brandis comme des étendards par des personnes qui ne cherchent que le pouvoir. Les concepts sont dévoyés, ils nous sont volés. C’est le cas, je trouve, du silence. Le silence même ne nous appartient plus. Le silence des victimes, le silence des témoins… Que se passe t-il si on nous vole aussi notre silence ? »

C’est en effet dans le silence que notre voyage dans la revue Reliefs s’achève. Un silence pour repenser notre place au juste milieu entre littérature et sciences, à la croisée de l’exploration individuelle et scientifique. Ce n’est pas au hasard que nous finissons notre lecture sur un extrait de Moby Dick d’Hermann Melville (disponible chez Folio) : il soulève toute la tension de l’Homme face à la nature et ses éléments, enjeu qui incarne la richesse de tout le travail de cette revue.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (126)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !