Chargement...
Chargement...

Un souffle de Brontë

555_un-souffle-de-bronte
Une actualité de Gwénaël Rocher
Publié le 15/03/2016

Emily BrontëRévisons un peu nos fondamentaux. Quel éditeur a pour devise de proposer "des chefs-d'oeuvre pour le temps d'une attente, d'un voyage, d'une insomnie..." ? Les éditions Mille et Une nuits bien sûr ! Ce slogan sied parfaitement à La Petite Collection qui, comme son nom l'indique, est la collection de poche de l'éditeur. Or, la dite Petite Collection peut se targuer d'avoir un catalogue des plus dynamiques et réjouissants car, avec plus de 400 titres disponibles, elle continue à s'enrichir de textes incontournables et d'inédits, dans des domaines touchant aussi bien à la littérature qu'aux sciences humaines. Toujours courts - il est rare qu'un titre de la Petite Collection fasse plus de 120 pages - chacune de ces petites effervescences proposent le texte intégral, accompagné d'une postface, d'une courte biographie et d'un repère bibliographique.

Devoirs de Bruxelles, d'Emily Brontë, est la dernière trouvaille de cette Petite Collection qui a tout d'une grande. On doit la présente édition à Augustin Trapenard, qui a consulté et retranscrit les manuscrits que le futur auteur des Hauts de Hurle-Vent a rédigés en 1842, durant son court séjour à Bruxelles avec sa soeur Charlotte. Elle qui chérissait tant la plénitude de sa lande natale du Yorkshire, cet exil fut vécu dans la souffrance et le mal du pays, contrairement à sa soeur qui s'est adaptée sans mal à la capitale belge. De ce séjour durant lequel elles devaient suivre un enseignement complet composé de cours d'allemand, de musique, de dessin, d'arithmétique et de français, on a retrouvé neuf devoirs composés par Emily Brontë. Bien que ces derniers soient truffés de fautes de syntaxe et d'orthographe, de nombreuses ratures témoignant de la fureur de la jeune étudiante, son professeur de français Constantin Héger est profondément impressionné par le talent de son élève, si bien qu'il placera le génie d'Emily plus haut encore que celui de Charlotte (ce qui n'empêchera pas cette dernière de créer le génialissime Jane Eyre !). Ces devoirs constituent un précieux document pour appréhender au mieux le caractère tempétueux d'Emily, d'où ressortent sa préférence des animaux à la compagnie des hommes, sa sauvagerie alliée à une faculté d'argumentation exceptionnelle, son angoisse du monde extérieur associé à un grand courage physique. Son professeur dira d'elle qu' "elle aurait dû être un homme, un grand navigateur", arguant du fait que "sa puissante raison eût déduit de nouvelles sphères de découvertes de la connaissance des anciennes ; et sa vigoureuse, son impérieuse volonté ne se fût jamais laissé intimider par l'opposition ni les difficultés, n'eût jamais cédé, si ce n'est en perdant la vie...".

Que vous soyez déjà un inconditionnel d'Emily Brontë ou un simple curieux, ce petit livre constituera une excellente invitation à (re)lire Les Hauts de Hurle-Vent ainsi que ses Devoirs de Bruxelles

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (131)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (123)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !