Chargement...
Chargement...

Une année studieuse d'Anne Wiazemsky

4467_une-annee-studieuse-d-anne-wiazemsky
Une actualité de Marilyn A.
Publié le 29/05/2013

Cinq ans se sont écoulés depuis la parution de Jeune fille, un ouvrage dans lequel Anne Wiazemsky nous racontait sa première expérience cinématographique aux côtés du talentueux et séducteur Robert Bresson. Aujourd'hui, elle revient avec Une année studieuse pour nous révéler ce qui s'est passé par la suite. Le lecteur ne sera pas au bout de ses surprises !
En 1966, Anne doit passer le rattrapage du baccalauréat et l'épreuve qu'elle redoute le plus est la philosophie. Au cours d'une soirée donnée chez les Gallimard, elle rencontre Francis Jeanson à qui elle demande de lui donner des cours privés. Ne sommes nous pas loin de la jeune fille que nous avions rencontrée l'année précédente ? Nul doute que son caractère s'est drôlement affirmé pour oser aborder ainsi un inconnu. C'est avec le même panache qu'elle écrit une lettre à Jean-Luc Godard pour lui exprimer son admiration et tout l'amour qu'elle porte à ses films.
L'été arrive et avant de se pencher sur ses livres de révisions, Anne passe quelques vacances en compagnie d'une amie. L'absence d'autorité parentale permet aux deux jeunes de vivre comme bon leur semble, mais la quiétude de ces quelques jours de liberté va être bouleversée par le téléphone : c'est Godard qui appelle en personne !
Dès le premier jour, un amour enflammé naît entre l'étudiante et le cinéaste de vingt ans son aîné. Anne Wiazemsky était déjà entourée de grands noms : Robert Bresson et la famille Gallimard (que nous avons évoqués tout à l'heure), sans oublier les Mauriac dont elle est la descendante. Grâce à cette nouvelle rencontre, nous ferons nous aussi la connaissance de François Truffaut, de Jean-Claude Brialy , de Jacques Rivette et bien d'autres encore.
Mais le plus impressionnant est cette relation qu'elle va entretenir avec Jean-Luc Godard. Vous ne pourrez pas le reconnaître même après avoir vu ses films. Ici, nous découvrons ce grand homme, à la fois romantique et passionné, mais aussi possessif, comme il a pu l'être avec Anna Karina.
En dire plus reviendrait à trahir ce sublime ouvrage publié (bien entendu) aux
éditions Gallimard, mais nous espérons que cet avant goût vous donnera envie de le découvrir...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?