Chargement...
Chargement...

Une trouble farine

14822_une-trouble-farine
Une actualité de Pierre
Publié le 16/11/2015
La Farine, une confession est un livre sorti de nulle part, une réinvention remarquable du récit d'apprentissage où se mêle la beauté de la langue, la douleur d'exister et la singulière description d'une vie de mitron toxicomane rédimé par la littérature. la farine benoit damon Les remarquables et suisses éditions Héros-Limite avaient, il y a quelques années, fait (re)paraître un livre éblouissant : La scierie , récit anonyme d'un jeune homme de bonne famille en rupture de ban qui découvrait dans l'après-guerre le milieu des scieries, et faisait l'apprentissage de la brutalité des rapports de classe, de la fraternité incertaine et finalement de la vie. C'est aujourd’hui un pendant contemporain qu'elles font paraître avec La Farine de Benoît Damon, Mais à la description simple et brute de La Scierie, Damon substitue la puissance d'une langue poétique où se mélangent phrases brèves et sèches et longues scansions d'épisodes malheureux. Nous ne vous le cacherons pas La Farine est un livre âpre, rugueux mais qui fait à chaque page la démonstration de la force de révélation de la littérature. Le narrateur est un très jeune homme, à peine sorti de l'adolescence, d'une famille bourgeoise, dit-il. Mais que le goût de la transgression et les mauvaises fréquentations mènent à rompre avec l'école et à découvrir l’héroïne. C'est alors qu'il devient un esclave double, celui de la boulangerie où il rentre en apprentissage et celui de la drogue et du milieu des toxicomanes. Qu'est ce que le travail quand on est une arpète, quand apprendre c'est être soumis, qu'est-ce que l'amour quand le corps est avant tout un corps à droguer ? Bien sûr, heureusement,  nous sommes loin de Moi, Christiane F. ici pas de voyeurisme, pas de cochon de lecteur, simplement l'épreuve de la vie et des hommes, la pauvreté d'un monde où la force se substitue à l'esprit et, enfin, surtout, la possibilité d'un salut par la lecture, la littérature, qui permet au narrateur d'être autre chose qu'une force de travail et un consommateur de drogue.  

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !