Chargement...
Chargement...

Vers la terre des anciens

16020_vers-la-terre-des-anciens
Une actualité de Marilyn
Publié le 19/05/2016
A l’occasion des 40 ans de la formidable maison d’édition suisse Zoé,  les libraires vous présentent leurs livres préférés au sein d’un catalogue qui parvient à associer redécouverte des grands anciens , (Cendrars, Walser, Bouvier entre autres ) et travail de défrichage d’une littérature contemporaine ouverte au monde et aux différentes formes de littérature.
  wagameseQuand il était petit, Franklin n'aimait pas l'école. L'enseignant allait toujours trop vite et ne lui laissait pas le temps d'assimiler les leçons. Avec le vieil homme, c'était différent. Il répétait les principes et lui montrait l'exemple. Grâce à lui, il est devenu un homme. Maintenant, il sait s'occuper de ses terres, chasser, subvenir à ses besoins en somme. " Le vieil homme lui avait très tôt inculqué la valeur du labeur et il était heureux de travailler : il trouvait son bonheur dans le travail de la ferme et sa joie dans les chevaux ainsi que dans les étendues infinies des pays d'en haut. il avait quitté l'école dès qu'il avait atteint l'âge légal. Il ne s'intéressait pas aux livres et là où il passait le plus clair de son temps libre, nul besoin de grandes idées, théories ou paroles, et s'il était taciturne, cela lui convenait. Il entendait les symphonies du vent sur les crêtes, et les cris stridents des faucons et des aigles étaient pour lui des arias ; le grognement des grizzlis et le hurlement perçant d'un loup contrastaient avec l’œil impassible de la lune." Bien qu'il l'ait élevé, le vieil homme n'est pas un parent de Franklin. Son père, Eldon, ne lui a jamais rien appris ; impossible puisqu'il ne lui a rendu que deux fois visite lorsqu'il était enfant. Alcoolique, il se laisse dépérir dans un bouge et essaye en vain d'oublier son passé.

Le passé nous rattrape toujours

Si le père se montre indifférent envers son fils, cela ne l'empêche pas d'être un bon garçon. Quand Eldon sent la fin de sa vie approcher, il lui demande de le conduire sur la terre des anciens ; une demande étrange puisqu'il n'a jamais suivi la tradition. Franklin n'est pas du genre à se poser trop de questions, aussi entreprend-il ce périple qui lui apportera plus qu'il ne l'aurait pensé. Roman des grands espaces, Les étoiles s'éteignent à l'aube nous entraîne dans les coins les plus sauvages de la Colombie britannique. Sur leur route, les deux indiens se confronteront aux dangers de la nature - dont un passage mémorable où ils rencontrent un ours - et apprendront à se connaître. Il s'agit du premier roman traduit en français de Richard Wagamese.  

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !