Chargement...
Chargement...

Wild Alaska

1810_wild-alaska
Une actualité de Véronique M.
Publié le 21/09/2013
sukkwan21.jpg

C'est au plus profond des eaux glacées de l'Alaska que le lecteur plonge dès l'ouverture de ce premier roman au titre presque imprononçable, Sukkwan Island, du nom de l'île en question sur laquelle échoue (non, pardon... accoste) un jour de juin Jim et son fils de treize ans, Roy. S'il s'agit d'une chance pour ces deux personnages jusque là plutôt étrangers l'un à l'autre (Roy vivait jusque là confortablement en Californie avec sa mère et sa soeur et son père a démissionné de son côté pour vivre un an avec lui), tous deux vont apprendre à se découvrir en totale autarcie au sein d'une nature sauvage mais qu'ils apprivoisent peu à peu, à l'instar de leur "nature" respective. Chasse, pêche et aménagement de leur cabane sont au programme de leurs premières semaines car ce retour à la bonne mère/ terre vierge a des airs de paradis perdu bien que le lieu soit d'abord le repaire d'ours qui n'hésitent pas à piller les réserves de nourriture de nos deux Robinson qui vont se révéler l'un (à) l'autre dans leur complicité et leurs failles.

Pourtant, le réel danger rôde ailleurs, et nous y sommes menés comme hypnotisés par l'efficacité narrative de ce premier roman de l'américain David Vann paru pour cette rentrée littéraire du début 2010 aux éditions Gallmeister (collection "nature writing").Sans éventer le secret totalement imprévisible qui constitue le coeur de ce magnifique récit et fait voler en éclats le mythe américain  en une expérience fascinante aux accents de roman noir, sachez que vous ne ressortirez pas indemne de ce dépaysement initiatique en Alaska vers les tréfonds de l'âme qui vaut véritablement l'aventure, méritant la comparaison avec La Route de Cormac McCarthy.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?