Chargement...
Chargement...

Zweig, un classique inédit !

650_zweig-un-classique-inedit
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 09/05/2013

Stefan ZweigOn pensait avoir fait le tour de l'oeuvre de Stefan Zweig, mais une petite poignée de maisons d'éditions semble décidée à nous faire redécouvrir cet immense écrivain autrichien (1881-1942), dont le talent s'est illustré dans d'innombrables nouvelles1, biographies2 et autres essais3. Tel est le cas des éditions Gutenberg, qui ont racheté à Belfond les droits d'Ivresse de la métamorphose4, de Trois poètes de leur vie : Stendhal, Casanova, Tolstoï5, puis, plus récemment, ceux de Destruction d'un coeur6 et du Combat avec le démon7, deux textes qui étaient introuvables en grand format depuis des années. Pour sa part, Le Castor Astral a sorti une nouvelle édition de l'essai intitulé Conscience contre violence, la première datant de 1997. Enfin, les éditions Grasset viennent de publier le troisième et dernier volet de sa correspondance, qui concerne les années 1932 à 1942. Mais l'événement qui mérite le plus que l'on s'attarde sur le regain d'intérêt dont bénéficie Stefan Zweig à l'heure actuelle n'est autre que la parution d'une nouvelle inédite en français intitulée Le voyage dans le passé, que les éditions Grasset nous livrent accompagnée du texte original, histoire de grossir le volume.

Ce Voyage dans le passé, c'est celui qu'effectue Louis en revoyant la femme dont il était éperdument amoureux il y a de cela plusieurs années. Il était alors jeune et sans le sou, quand il accepta une position de professeur dans la maison du Conseiller G., à Francfort. Il s'éprit alors de sa femme - dont le nom ne sera jamais révélé - avant de se rendre compte que ses sentiments étaient partagés. A leur grand désespoir, une succession de circonstances devait empêcher ce couple maudit de se revoir pendant neuf longues années. Cette nouvelle raconte alors l'histoire de leurs retrouvailles dont l'amertume est évidente à plus d'un titre. En effet, le retour de Louis en Allemagne n'a rien du retour d'Ulysse à Ithaque après toutes ces années d'absence : il n'y a guère que dans l'Odyssée que les sentiments semblent immuables et les gens inchangés.

On y retrouve des thèmes chers à l'écrivain, tels que le traumatisme de la guerre, une relation passionnelle à la fois interdite et impossible, ou encore les effets du temps qui passe. Par ailleurs, son goût pour la narration sur le mode analeptique s'exprime une fois de plus avec brio. En revanche, alors que l'on se souvient de Zweig comme d'un grand maître des récits psychologiques, on est étonné ici par le peu de profondeur psychologique dont bénéficie son personnage féminin. Pour autant, cette surprise ne constitue en rien une déception. Bien plus que l'analyse des tourments de la passion, le Voyage dans le passé s'impose comme un constat lucide, implacable et non dénué d'une certaine cruauté sur les conséquences inéluctables d'un éloignement prolongé, et cette variation sur le thème de l'amour passionnel s'inscrit dans la droite lignée des nouvelles qui ont fait le succès de Stefan Zweig et continuent à nous réjouir aujourd'hui.


2 Il faut ici distinguer les biographies d'écrivains (Balzac, Dickens, Dostoïevski, Montaigne) de celles de personnages historiques (Erasme, Fouché, Marie-Antoinette, Marie Stuart).
3 On pensera par exemple au texte qui s'intitule Le Brésil, terre d'avenir.
4 Roman paru en mars 2008.
5 Essai biographique sorti en mars 2008.
6 Recueil de trois nouvelles - Destruction d'un coeur, la gouvernante et Le jeu dangereux - publié en août de cette année.
7 Cet essai confronte Kleist, Hölderlin et Nietzsche sur le thème du rapport entre folie, génie et création artistique. Il a paru en août 2008.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !